VIDEO. Les allergies alimentaires deux à trois fois plus répandues qu'il y a dix ans

Les allergies alimentaires seraient-elles en train de devenir un problème de santé publique ? Aujourd'hui, 10% de la population sont touchés, soit deux à trois fois plus qu'il y a dix ans. Plusieurs facteurs amplifient ces allergies, notamment la pollution et la consommation de plats industriels.

Voir la vidéo
France 3

À trois ans, Eden est une petite fille gourmande. Aujourd'hui, au menu du goûter, des crêpes. Mais pour la petite fille, elles sont sans oeufs, sans farine de blé, et sans lait, car Eden est allergique. La liste des aliments qui lui sont interdits est longue : "Lait de chèvre, lait de brebis, blé, noisette, oeuf, quinoa, boeuf, colza, sésame, moutarde, avoine, amandes, veau, agneau, mouton, arachide", détaille Mélanie Dugast, sa maman, les yeux rivés sur un tableau Excel.

La moitié de la population touchée en 2050

Au contact de ces aliments, Eden pourrait faire une réaction potentiellement mortelle. Alors chaque sortie nécessite la plus grande organisation : "Dans ce sac, il y a ses antihistaminiques, ses corticoïdes, et surtout, se seringues d'adrénaline", précise Mélanie. Une fois par semaine, elle doit se rendre dans ce magasin bio, spécialement pour Eden, et scrute la moindre étiquette à la loupe. "Ça prend énormément de temps, parce qu'il faut tout vérifier", déplore-t-elle.

Environ 10% de la population est concernée par ces allergies alimentaires, surtout les enfants. Et les formes graves ont été multipliées par deux ou trois en seulement 10 ans. D'ici 2050, selon l'Organisation mondiale de la santé, les allergies alimentaires toucheront la moitié de la population.

Le JT
Les autres sujets du JT
Image d\'illustration. Allergies alimentaires.
Image d'illustration. Allergies alimentaires. (JULIO PELAEZ / MAXPPP)