Cet article date de plus de deux ans.

Lait : une pénurie de matières premières pourrait provoquer une hausse des prix

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Lait : une pénurie de matières premières pourrait provoquer une hausse des prix -
Lait : une pénurie de matières premières pourrait provoquer une hausse des prix Lait : une pénurie de matières premières pourrait provoquer une hausse des prix - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - M. Lecointre, A. D'Abrigeon
France Télévisions
France 2

Les laiteries françaises tirent la sonnette d'alarme. Le lait coûte beaucoup plus cher, notamment pour conditionner et emballer les produits. Les producteurs demandent que les distributeurs participent à la hausse des coûts. Le prix risque donc d'augmenter pour les consommateurs. 

Boire du lait pourrait bientôt coûter un peu plus aux Français. Parmi les consommateurs, certains ne changeront pas leurs habitudes. "Quelques centimes, ce n'est pas ça qui va me faire moins consommer", explique un client. Mais d'autres s'inquiètent. "J'en mangerai encore moins. Je n'en mange pas beaucoup déjà, mais j'en mangerai encore moins", témoigne une autre consommatrice. Une hausse du prix du lait se profile car les industriels subissent une pénurie de matière première. Dans certaines usines, les emballages coûtent en moyenne entre 50% et 70% plus chers. Cela peut entraîner une hausse de 2 centimes d'euros par bouteille de lait. C'est peu, mais cela peut faire la différence pour les producteurs. "On se bat pour des dixièmes de centimes d'euros de façon à équilibrer et à pouvoir rémunérer correctement nos producteurs", plaide Emmanuel Vasseneix, président du groupe LSDH. 

Conjonctures

Pour faire face à cette hausse des coûts de production, Emmanuel Vasseneix appelle les enseignes de la grande distribution à acheter le lait plus cher. "Ce que nous demandons à la grande distribution, c'est que ces hausses de coût que nous subissons, qui sont soit conjoncturelles soit structurelles, soient prises en compte et qu'on puisse revaloriser notre travail", explique-t-il. La grande distribution n'a pas donné de réponse concrète pour le moment. D'autres produits du petit déjeuner comme le sucre ou les céréales pourraient également voir leur prix augmenter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.