Ce qu'il faut savoir sur Alim'confiance, le site qui vous informe du niveau d'hygiène de votre restaurant préféré

Le service a été lancé par le gouvernement, lundi, et s'appuie sur les contrôles d'hygiène menés par la DGCCRF.

A terme, 55 000 résultats de contrôles d\'hygiène devront être mis en ligne. 
A terme, 55 000 résultats de contrôles d'hygiène devront être mis en ligne.  (BERNARD JAUBERT / AFP)

L'hygiène de votre restaurant préféré est-elle irréprochable ? Devriez-vous vraiment passer la porte de cette boulangerie peu ragoûtante ? Le ministère de l'Agriculture a mis en ligne, lundi 3 avril, une première mouture de son site Alim'confiance, qui permet à tous les consommateurs de consulter les résultats des contrôles sanitaires effectués dans les restaurants et commerces alimentaires. Franceinfo vous explique comment utiliser l'application en quatre questions.

1Quels sont les établissements concernés ?

Les 400 000 établissements qui interviennent dans la chaîne alimentaire sont recensés : les restaurants, les cantines, mais aussi les supermarchés, les commerces alimentaires – comme les boucheries, les poissonneries ou les boulangeries –, les exploitations agricoles qui vendent au détail, et même les abattoirs. Au total, 55 000 contrôles d'hygiène sont effectués chaque année et seront à terme disponibles, mais seules 1 700 adresses sont accessibles dès lundi. 

2Comment ça marche ?

Les résultats sont établis sur quatre notes : "Très satisfaisant", "Satisfaisant", "A améliorer", "A corriger de manière urgente". Elles sont déclinées sous la forme d'étiquettes bleues ornées de smileys blancs.

Les commerçants et restaurateurs ont la possibilité d'afficher sur leur devanture la note attribuée, mais ce n'est en aucun cas obligatoire. Les résultats sont à retrouver aussi sur le site internet dédié, www.alim-confiance.gouv.fr, ou sur l'application du même nom, disponible sur les smartphones iOS, Android ou Windows Phone. Pour le moment, l'affichage des résultats géolocalisés nécessite un temps de chargement parfois très long.

Capture d\'écran des résultats de restaurants qui s\'affichent à Paris. 
Capture d'écran des résultats de restaurants qui s'affichent à Paris.  (FRANCEINFO)

3Comment les notes sont-elles établies ?

Les notes se basent sur les rapports des inspecteurs de l'hygiène de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Les 1 700 établissements dont les résultats sont déjà disponibles lundi sont ceux qui ont été inspectés au cours du mois de mars. Ces notes sont consultables par les consommateurs pendant un an après le contrôle sanitaire.

Tous les restaurants ne sont cependant pas inspectés chaque année. "Un restaurant qui vend des produits périssables sera davantage contrôlé qu'un établissement qui propose des boîtes de conserve", a expliqué le ministère, cité par Europe 1. Les établissements qui ne commercialisent pas de la nourriture périssable verront donc leurs notes actualisées moins régulièrement.

4Quels établissements faut-il à tout prix éviter ? 

Les trois premiers niveaux - "Très satisfaisant", "Satisfaisant", "A améliorer" - n'impliquent "pas de risque pour la santé du consommateur", a précisé à l'AFP une responsable du ministère de l'Agriculture, qui pilote ce dossier. Seul le quatrième niveau – "A corriger de manière urgente" – induit un risque pour la santé publique et nécessite une fermeture d'urgence de l'établissement.

Sur les contrôles menés en 2016, seuls 1% des établissements correspondent à cette dernière catégorie, explique le gouvernement. Au total, 550 sur 55 000 ont été jugés insalubres et ont dû fermer boutique.

L'avant-dernière catégorie – "A améliorer" – concerne, quant à elle, 9% des établissements. Si un restaurant est classé dans cette catégorie, cela n'induit pas, en théorie, de risque pour la santé des consommateurs. Notons cependant que cette note indique qu'il est classé parmi les 10% des pires établissements français.

Le niveau "très satisfaisant" est, quant à lui, attribué aux établissements conformes ou qui ne présentent que des "non-conformités mineures", précise le ministre de l'Agriculture sur son site. Cela peut être par exemple un lave-mains qui n'est pas conforme, un couvercle de poubelle qui est endommagé ou l'eau chaude qui ne fonctionne pas dans les sanitaires du personnel, note Europe 1