Alimentation : "60 millions de consommateurs" affirme que les additifs "augmentent les risques de cancer"

Le magazine "60 Millions de consommateurs", dans sa publication de jeudi, s'intéresse aux "aliments qui nous empoisonnent" et dénonce "les entourloupes des industriels lorsqu'ils font passer un aliment bourré d'additifs pour un produit santé".

Dans son hors-série, publié le 12 avril 2018, \"60 millions de consommateurs\" affirme que la tranche de pain de mie est plus salée qu\'un paquet de chips.
Dans son hors-série, publié le 12 avril 2018, "60 millions de consommateurs" affirme que la tranche de pain de mie est plus salée qu'un paquet de chips. (MAXPPP)

Le consommateur n'est pas au bout de ses peines. Dans son hors-série, publié jeudi 12 avril, le magazine 60 Millions de consommateurs s'est intéressé aux "aliments qui nous empoisonnent". Près de 100 produits ont été décryptés par le mensuel qui pointe du doigt les additifs qui "augmentent les risques de cancer en silence".

Le magazine explique que "les études convergent" vers ces ingrédients qui ne sont pas des aliments, qui sont juste là pour les textures, les couleurs ou les goûts. Après avoir étudié ces produits industriels transformés comme les laitages, mais aussi les produits sans gluten ou sans viande, 60 Millions de consommateurs en profite pour dénoncer "les entourloupes des industriels lorsqu'ils bernent les consommateurs et font passer un aliment bourré d'additifs pour un produit santé".

>> "A chaque fois, on se dit : ils ont osé... Mais arrêtez de nous prendre pour des jambons !" dénonce "60 millions de consommateurs"

"C'est ce qu'on appelle les Tartuffe du manger-sain, développe Adeline Trégouët, la rédactrice en chef de 60 Millions pour franceinfo. Vous pensez que vous avez acheté par exemple un chocolat allégé, il va être allégé en sucre mais vous allez avoir deux fois plus de graisses que dans un chocolat classique."

Trop gras, trop sucré, trop salé

D'après cette enquête de 60 Millions de consommateurs, nous mangeons trop salé, car 80% du sel que nous absorbons provient des aliments transformés. Concernant les sucres, 70% des sucres sont ajoutés, cachés, dans des aliments pourtant salés comme une vinaigrette ou un ketchup. Ainsi dans un flacon de ketchup Heinz de 700 g, on trouve huit tomates et 22 morceaux de sucre. Soit pour 20 g de sauce, autant de sucre que dans deux petit-beurre de la marque Lu. 

"Bombes de graisse"

Le magazine prend plusieurs autres exemples comme la tranche de pain de mie qui est plus salée qu'un paquet de chips, ou encore la barre chocolatée qui contient plus de graisse saturée qu'une tartine de rillettes. 60 millions débusque aussi des graisses cachées dans les céréales des enfants qualifiées de "bombes de graisses", en particulier les marques Tresor de Kellogg's et Extra Fruits du même Kellogg's, ainsi que les barres de céréales, les pâtes feuilletées, et, plus surprenant, les poêlées de légumes de Bonduelle ou Picard qui doivent être utilisées sans ajouter de matières grasses.

Au chapitre additifs, 60 Millions publie une liste de 50 produits "à proscrire", allant du E102 au E951, et recommande de bien lire les étiquettes. "Personne n'est épargné malheureusement, explique Adeline Trégouët. Les additifs n'ont aucun intérêt nutritionnel, il faut bien le comprendre. Ils sont là pour créer des saveurs artificielles qui vont exciter les papilles des consommateurs et qui vont les accoutumer à ces goûts-là."