Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : l'Iran se veut le nouvel allié de la Russie

La guerre en Ukraine a rebattu les cartes et modifié les équilibres géopolitiques. En Iran, le régime s'aligne totalement sur la Russie, alors qu'il n'était jusqu'à présent qu'un allié circonstanciel de Moscou.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le président iranien Ebrahim Raïssi, entre le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une réunion à Téhéran le 19 juillet 2022. (SERGEI SAVOSTYANOV / SPUTNIK / AFP)

L'annonce au début du mois – de sources américaines, mais démenties par Téhéran – de la prochaine livraison de centaines de drones militaires iraniens à la Russie ne devrait à vrai dire guère surprendre. Premièrement, l'Iran a acquis un indéniable savoir-faire dans ces technologies militaires et son rapprochement de Moscou est évident, et pourtant ça n'était pas gagné d'avance. Pour l'avocat franco-iranien Ardavan Amir-Aslani, spécialiste des relations internationales de l'Iran, la crise et les sanctions internationales qui ont immédiatement frappé la Russie auraient pu être mises à profit par les Iraniens : "L'Iran est le seul pays au monde qui dispose des ressources minières ou en hydrocarbures suffisantes pour pallier au retrait russe de ce marché."

"L'Iran dans cette crise avait une chance exceptionnelle de sortir de l'ostracisme international dont le pays fait l'objet depuis quarante ans. Et bien ils l'ont ratée ! Ils ont décidé de ne pas profiter de la situation."

Ardavan Amir-Aslani, avocat franco-iranien

à franceinfo

Au contraire même : les relations économiques russo-iraniennes ont bondi en valeur d'un solide 10% sur les quatre premiers mois de l'année, confirmait en mai le vice Premier ministre russe Alexander Novak. Aujourd'hui, l'Iran est l'un des principaux alliés de la Russie pour ce qui est de contourner embargos et sanctions, comme l'explique Ardavan Amir-Aslani : "L'Iran aujourd'hui se retrouve dans une situation où elle offre son espace aérien aux Russes, l'espace iranien leur est totalement ouvert. Au-delà, l'Iran sert également d'échappatoire aux sanctions internationales : un certain nombre de grands groupes internationaux vendent leurs produits aux Russes à travers des ventes réalisées au profit d'industriels iraniens. Je sais qu'il existe des exportations par dizaines de containers de boissons gazeuses sucrées sur la Russie à travers le territoire iranien".

Mais le problème, pour les Iraniens, est qu'ils se retrouvent aussi en concurrence avec les Russes. "Ils ont eu quelques déboires dernièrement parce qu'ils ont vu que les Chinois qui étaient jusqu'à présent le plus important acheteur du pétrole iranien préféraient maintenant acheter du pétrole russe parce que les Russes vendaient leur pétrole avec un discount plus important."

"L'Iran se considère comme un allié des Russes mais je sais pas si les Russes ont la même lecture que les Iraniens."

Ardavan Amir-Aslani

à franceinfo

Citant le tsar Alexandre III, Vladimir Poutine n'avait pas hésité, dans une adresse publique en 2015, à rappeler que classiquement, la Russie n'a que deux alliés : sa marine et son armée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.