Armement : les dépenses militaires mondiales ont atteint un nouveau sommet en 2021

écouter (3min)

l'Institut international de recherche sur la paix (Sipri) basé en Suède a fait le calcul et indique que les dépenses militaires mondiales dépassent pour la première fois les 2000 milliards de dollars. Selon ce rapport, les États-Unis dépensent le plus, la Russie se situe à le cinquième place. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un technicien se tient sur un char à la base d'entraînement militaire de l'armée américaine à Grafenwoehr, dans le sud de l'Allemagne, le 11 mars 2022. (CHRISTOF STACHE / AFP)

En 2021, les dépenses militaires mondiales ont augmenté pour la septième année consécutive pour atteindre la somme record de 2113 milliards de dollars. C'est le chiffre le plus élevé jamais enregistré par l'Institut international de recherche sur la paix (Sipri) basé en Suède. Les États-Unis restent en tête des pays les plus dépensiers malgré un budget en légère baisse. Suivent La Chine, l'Inde, et le Royaume-Uni. La Russie, elle se retrouve en cinquième position. 

Les dépenses de la Russie ont augmenté de 2,9%, pour atteindre, 65,9 milliards de dollars en 2021. Les avions, les chars, les équipements du fantassin, tout y passe. Rapporté au PIB du pays et à en croire les experts, c'est un niveau beaucoup plus élevé que la moyenne mondiale. La preuve que des voyants s'allumaient en rouge. La Russie préparait de façon très sérieuse son invasion de l'Ukraine. C'est certes plus facile à dire après coup, mais s'il fallait une nouvelle fois en faire la démonstration, c'est grâce à l'augmentation du prix des hydrocarbures que Moscou a remis des cartouches dans son chargeur. De 2016 à 2019, le gaz et le pétrole sont moins chers, ce qui se traduit par des entrées moins importantes dans les caisses et donc des investissements russes qui diminuent. En 2020, les prix repartent à la hausse. Moscou dépense à nouveau. De l'autre côté de la frontière, l'Ukraine avait pris en compte cette menace dans un premier temps : 72% de dépenses en plus depuis l'annexion de la Crimée. Étrangement, le rythme avait ralenti l'an passé, comme si Kiev ne croyait plus à une attaque de son voisin.

Le rôle joué par la Chine

Quand l'Institut de recherche sur la Paix montre comment les pays préparent la guerre, cela met en évidence les points chauds de notre planète. Et il faut à ce titre surveiller tout à l'Est de la carte. Tout simplement parce que vous avez là un acteur qui dépense sans compter et qui par son attitude pousse ses voisins inquiets à mettre la main à la poche. Pékin, avec ses 293 milliards de dollars injectés dans l'armement, fait bouillonner la zone Indo-Pacifique. Ses vues sur Taïwan, sur des îlots en mer de Chine, ses volontés d'accroître son influence sur toute la région, en Nouvelle-Calédonie et au-delà entraînent l'Inde, le Japon et l'Australie à revoir leurs budgets constamment depuis 10 ans : +7% à Tokyo, +4% à Canberra. Dans ce dernier cas, il faut rappeler que l'Australie vient de signer un important contrat estimé à 128 milliards de dollars. Des sous-marins achetés aux États-Unis pour contrer les velléités chinoises dans la région. Un contrat dont la France avait fait les frais en septembre dernier... 

La France sixième de ce classement 

Avec plus de 56 milliards de dollars investis, la France se retrouve en 6e position, juste derrière la Russie. Les dépenses militaires françaises ont augmenté de 2 milliards par rapport à l'an dernier. Cette tendance à la hausse est quasi-généralisée pour les pays d'Europe. Les gros efforts concernent surtout les pays d'Europe orientale. La Roumanie et la Lettonie ont choisi de porter ce budget à 2,5% de leur PIB dès l'an prochain. Signe de l'inquiétude que génère la Russie pour ces pays qui préfèrent s'équiper dans l'urgence plutôt que de s'armer de patience.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.