Cet article date de plus de dix ans.

2020 Odyssée des retraités

écouter
Pas d'amélioration prévue pour le régime des retraites d'ici la fin de la décennie. Les dernières projections font état d'un déficit global compris entre 20 et 25 milliards d'euros en 2020, ce qui n'est pas une surprise.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Quelles que soient les hypothèses envisagées, c'est une tendance de long terme. Le Conseil d'Orientation des Retraites en sait quelque chose puisqu'il réfléchit déjà à l'évolution du système jusqu'en 2060. Durable donc. D'abord parce que la population française vieillit. Le gouvernement peut se battre comme un diable pour tenter de garder le plus longtemps possible les séniors dans l'entreprise sans pénaliser les jeunes (c'est le principe des contrats de génération qui viennent d'être adoptés), rien n'y fait. Ajoutez à cela la mauvaise conjoncture : le chômage culmine, les salaires augmentent très peu, la masse salariale ne progresse pas. Au final, les cotisations rentrent de moins en moins. En 2020, le déficit du système de retraite correspondrait grosso-modo à un point de PIB, 1 point de création de richesse nationale.


En juillet dernier, le gouvernement a baissé le départ de l'âge de la retraite à 60 ans pour les personnes remplissant les critères. Cette mesure joue-t-elle un rôle dans la dégradation des comptes ?*

Non, on peut même parler d'un coût marginal. En tous cas, il sera moins important que ce que prévoyait initialement de Parti Socialiste. Pour 2013, la réforme Hollande coûtera 700 millions d'euros pour l'ensemble des régimes de base et 2 milliards 7 en 2017. Important, direz-vous, à un moment où l'on cherche le moindre centime d'économies. C'est vrai. Mais sur le fond, je le répète : la dégradation du déficit des retraites est tout autant structurelle que conjoncturelle (vieillissement de la population et cotisations en baisses à cause du ralentissement économique).


Concrètement, à quelle sauce allons-nous être mangés ?*

Et bien au cours des prochaines décennies, ont travaillera plus longtemps, on paiera des cotisations plus élevées et nos indemnités seront probablement moindres. Si l'on prend la perspective d'un retour à l'équilibre en 2020, il faudrait : soit reculer de six mois l'âge effectif de départ à la retraite, soit augmenter les cotisations de plus d'un point ou baisser de 5% les pensions par rapport au revenu moyen. Aux dires d'un membre du COR, cette échéance 2020 fait l'objet d'une intense réflexion dans le cadre de la réforme que François Hollande veut amorcer au premier trimestre de l'année prochaine. A l'exception notable des travailleurs indépendants et de certaines professions libérales, le poids des charges n'empêcheraient pas aux retraités français de continuer à être le plus favorisés en Europe, mais un renforcement de la pression sur cette classe d'âge serait mal venu au moment où la France connaît déjà un matraquage fiscal considérable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.