Cet article date de plus de huit ans.

Le tatoueur masqué

"La crème des scratcheurs belges". Tel est le nom d'une page Facebook dont l'initiateur, un anonyme qui se dit tatoueur, veut dénoncer les "scratcheurs" ces tatoueurs clandestins ou semi clandestins qui tatouent à domicile, sans en rendre compte à l’État et dans des conditions d’hygiène catastrophique. La chasse au faux tatoueur est donc lancée en Belgique, preuves à l'appui et ça fait mal.
Article rédigé par Guy Birenbaum
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Franceinfo (Franceinfo)

Ce matin l’autre info est en Belgique

L’avenir.net nous alerte sur une initiative des plus étonnantes. Les pires tatoueurs belges sont dénoncés publiquement sur une page Facebook…

Et elle s’appelle comment cette page ?

"La crème des scratcheurs belge". Son initiateur, un anonyme, qui se dit tatoueur m’a expliqué hier sa démarche : "Scratcheur est un nom qu'utilise les tatoueurs pros pour désigner un tatoueur qui fait ça a domicile, sans en rendre compte à l’État et dans des conditions d’hygiène catastrophique". Du coup il s’agit de dénoncer des "crime commis sur la peau par des scratcheurs peu scrupuleux". Ce chevalier blanc du tatouage invite tous ceux qui souffrent à lui envoyer les pire tattoo de Belgique. Il publie leurs photos. Et c’est vrai qu’il y a des tatouages hideux et surtout des pratiques qui posent question. Je pense notamment à des photos d’enfants mineurs dont on ne voit pas les visages mais qui sont tatoués. Si ce sont des tatouages réels c’est plus qu’inquiétant…


Et les tatoueurs visés que disent-ils ?

Ils sont furieux de ce qu’ils assimilent à de la délation et certains veulent porter plainte. Sans compter qu’il n’est pas évident sur la base de photos de se rendre compte de la qualité d’un tatouage ni d’être certain qu’il s’agit d’un tatouage ou de quelque chose de plus provisoire. Du coup il y a une chaude ambiance sur la page. Mais le vengeur tatoué est droit dans ses bottes et il explique à ceux qui défendent les scratcheurs qu’à chacune de leurs interventions il en rajoutera une couche. C’est donc violent de part et d’autre. Alors je suis partagé. Je ne suis pas fan de la dénonciation publique mais au delà des questions esthétiques c’est un sujet d’hygiène et de santé publique qui est posé par la pratique clandestine ou semi clandestine du tatouage.

Le tatoueur masqué confie qu’il reçoit des dizaines de photographies par jour. Ça promet… Même s’il m’a expliqué qu’à l’avenir il pourrait ne plus citer nommément les tatoueurs scratcheurs indélicats. Et vous monsieur Kanner, vous êtes tatoué ? En tous cas c’est de plus en plus fréquent et les sportifs le sont de plus en plus souvent. Vous vous feriez tatouer une phrase ou un dessin ? Et où ? Je ne sais pas moi quelque chose comme "À François et Manuel pour la vie" ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.