Nouveau monde, France info

Maison connectée : les pirates à nos portes ?

Les objets connectés pour la maison arrivent en force. Mais, comme tout ce qui est connecté, ces objets seraient vulnérables aux attaques de pirates.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(illustration prétexte © Fotolia)

La société spécialisée BitDefender a testé quatre objets connectés domestiques (un interrupteur Wi-Fi WeMo Switch, une ampoule LED Wi-Fi également Lifx Bulb, un kit d’éclairages télécommandés LinkHub et un récepteur Wi-Fi qui permet de diffuser de la musique depuis un smartphone Cobblestone de Muzo). Le résultat n’est pas brillant. L'analyse révèle que les mécanismes d'authentification de ces objets connectés peuvent être contournés. Les chercheurs de Bitdefender sont parvenus à découvrir les mots de chaque objet et à intercepter l’identifiant et le mot de passe du réseau Wi-Fi de l'utilisateur. 

(©)

Ci-dessus, une infographie réalisée par la société BitDefender. L’éditeur d’antivirus  Kaspersky avait fait à peu près la même expérience l'an dernier (voir ici).

Harcelés à distance

Quelles peuvent être les conséquences de ces vulnérabilités ? Toutes sortes de scénarios sont possibles. Il y a deux ans, une famille américaine affirmait sur la chaîne FoxNews que des pirates avaient réussi à prendre le contrôle de la caméra de surveillance de leur bébé et avaient proféré des insanités par le petit haut-parleur de la caméra. Une autre histoire a défrayé la chronique la même année : une grand-mère d’Indianapolis affirmait qu’elle se faisait insulter par un inconnu via… son téléviseur connecté. La maison hantée version 2.0, en quelque sorte…

Sécurité vs facilité d’utilisation

Que faire ? Est-il possible de se protéger ? Pas de panique ! Comme toujours, un risque technique potentiel ne veut pas dire que des pirates vont se précipiter pour faire clignoter nos lumières ou nous insulter à distance. Les professionnels sont conscients du problème. Certaines marques, pour renforcer la sécurité, utilisent des protocoles de communications qui leurs sont propres. Toutefois, cette apparente bonne idée va à l’encontre de l’interopérabilité recherchée par les consommateurs (il est plus difficile de mélanger, au sein d’un même foyer, des appareils d’une marque X avec ceux d’une marque Y). Il faut que la problématique de sécurité soit intégrée dès la conception des objets connectés et au niveau de l’installation à la maison. Il faut aussi que les utilisateurs adoptent des comportements de prudence, comme des mots de passe complexes et faire attention à qui ils donnent ces mots de passe.

 

Selon une étude Intel Security , 66% des gens craignent pour la sécurité de leurs données personnelles du fait des objets connectés pour la maison

(illustration prétexte © Fotolia)