"Mars, la nouvelle odyssée : au-delà de la planète rouge" (5/6) : la mystérieuse planète Neuf

Elle se cacherait aux confins de notre système solaire, remplaçante de Pluton au titre de 9e planète tournant autour du Soleil : quelle est cette mystérieuse planète 9, est-on certain de son existence et comment la détecter ? Avec Alessandro Morbidelli, directeur de recherche CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur.
Article rédigé par Pauline Pennanec'h, Olivier Emond
Radio France
Publié
Temps de lecture : 20 min
Représentation artistique de de Planète Neuf, un objet non confirmé qui expliquerait un certain nombre d'orbites inhabituelles de corps transneptuniens, créée le 19 juillet 2015. (ALL ABOUT SPACE MAGAZINE / FUTURE / GETTY IMAGES)

Notre système solaire cacherait quelque part dans ses confins une mystérieuse planète, celle qu'on appelle la planète Neuf. Elle serait la neuvième puisque l'ancienne tenante du titre Pluton a été déclassée il y a quelques années.

Pourquoi cette hypothèse d'une planète cachée ? "Les observations ont montré que les petits corps qui sont les plus lointains du soleil, ces objets ont des orbites qui ne sont pas uniformément distribuées dans l'espace comme on s'attendrait, mais au contraire leurs orbites sont toutes alignées, explique Alessandro Morbidelli, directeur de recherche CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur et responsable du programme et équipement prioritaire de recherche (PEPR) exploratoire Origins. Alors c'est très étonnant parce que les perturbations gravitationnelles devraient les faire tourner. Même si, à l'origine, par hasard, ces objets étaient sur des orbites proches, par exemple issus d'une collision etc, cette précession différentielle devrait éparpiller leurs orbites uniformément sur les plans de l'écliptique dans le ciel. Or, ces orbites sont encore toutes alignées et donc il faut qu'il y ait quelque chose qui garde les orbites alignées." Une force gravitationnelle qui n'est pas celle des planètes connues.

Alessandro Morbidelli, directeur de recherche CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur et responsable du programme et équipement prioritaire de recherche (PEPR) exploratoire Origins. (JULIE BIGOT / CITE DE L'ESPACE)

Une super-Terre ?

Cette existence potentielle d'une neuvième planète est le fruit de déductions et d'observations scientifiques. Alessandro Morbidelli rappelle la découverte de la planète Neptune, première découverte d'un objet céleste réalisée grâce au calcul mathématique en 1846 avant de l'être par l'observation. "A l'époque, Uranus avait un mouvement anormal qu’on ne pouvait pas expliquer par les perturbations des planètes connues, raconte le scientifique, et ceci a induit Urbain Le Verrier en France et John Couch Adams en Angleterre à postuler l'existence d'une huitième planète."

Dans l’hypothèse où elle existe, à quoi ressemblerait cette planète Neuf, si on la trouve ? "Ce serait très intéressant parce qu'elle serait une super-Terre, explique Alessandro Morbidelli. Quand on observe les planètes extrasolaires, on observe que les planètes les plus typiques sont des planètes de masse intermédiaire entre la Terre et Neptune, celles qu'on appelle les super-Terres ou les mini-Neptune. Et il n'y en a pas dans notre système solaire. Nous avons cet intervalle de masse entre un et 15 masses terrestres, il n'y a rien. Si on découvre la planète Neuf et avec les propriétés déduites par son confinement orbital, elle aurait une masse entre 5 à 7 masses terrestres, une masse typique des planètes les plus abondantes dans la galaxie autour des autres étoiles."


"Mars, la nouvelle odyssée : au-delà de la planète rouge", un podcast franceinfo d'Olivier Emond, en partenariat avec la Cité de l'espace, à retrouver sur le site de franceinfo, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcasts, Podcast Addict, Spotify, ou Deezer.  

Réalisation : Clotilde Pivin

Coordination : Pauline Pennanec'h

Prise de son : Julien Girard  

Mixage : Raphäel Rasson  

Création sonore : Bruno Carpentier, Hervé Bouley

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.