La récession en France et l'utilité de l'Union européenne : les débats de l'éco du samedi 25 juin 2022

écouter (9min)

Tous les samedis, deux économistes débattent autour des sujets qui marquent l’actualité économique et sociale.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 

Les invités d'Emmanuel Cugny pour commenter et analyser l'actualité économique de cette semaine sont : Nathalie Chusseau, professeur à l'Université de Lille, chercheuse associée à la chaire transitions démographiques, transitions économiques et Christian de Boissieu, vice-président du Cercle des économistes, professeur émérite à l'Université Paris-I.

La France peut-elle éviter la récession ? 

C’est la hantise des marchés financiers : une entrée en récession de l’économie mondiale. Peu probable il y a quelques jours encore, le risque de récession semble se préciser aux États-Unis, où le terme est de plus en plus présent dans le discours des officiels. Mais qu’en est-il de l’Europe et de la France, directement exposées aux effets de la guerre en Ukraine ? Pour l’heure la Banque de France et l’Insee parlent de croissance positive cette année, mais pour combien de temps ? Que peut-il se passer si la conjoncture continue de se détériorer ? Comment éviter une contraction de notre économie ?

Europe, qu'a-t-elle encore à nous apporter ? 

Avec le Conseil européen de cette fin de semaine qui a accordé à l’Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat à l’entrée dans l’UE, Emmanuel Macron s’apprête à clore les 6 mois de présidence tournante de la France. Des candidatures qui montrent que l’Europe reste attractive pour sa stabilité et sa solidité. Mais au-delà de cette attractivité, qu’est-ce que l’UE peut encore apporter à ses membres, notamment à la France, sur le plan économique ? Après le plan de relance européen de la période Covid, quelles sont les prochaines étapes ? Plus d’autonomie stratégique pour notre industrie ? Un système bancaire plus robuste ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.