Cet article date de plus de neuf ans.

Claude Bartolone dit-il vrai sur la santé économique de l'Allemagne ?

écouter (3min)
Le président de l'Assemblée nationale estime que Berlin doit faire attention à la situation économique de ses partenaires européens englués dans la crise. Selon lui, il y a un risque de contagion à l'Allemagne. Vrai ou faux ? Réponse ici.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Vrai

Le gouvernement allemand a récemment révisé à la baisse son taux de croissance pour l'an prochain à 1%, contre 1,6% prévu initialement.
Quatre instituts de recherche économique (l'Ifo à Munich, l'IfW à Kiel, l'IW à Halle et le RWI à Essen) sont arrivés à la même conclusion le mois dernier. Ils ont, eux, divisé par deux leurs prévisions d'origine.
De son coté, le FMI table sur un PIB en progression de 0,9% et l'OCDE a révélé hier qu'elle voyait en gris l'avenir immédiat de l'économie allemande.
En août, la production industrielle a flanché de 0,5% et les commandes à l'industrie ont fléchi de 1,3%.

Creux de la vague

En fait, l'Allemagne connait en ce moment (4e trimestre 2012) le passage le plus délicat de ce ralentissement. Isabelle Bourgeois, du Centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine explique que "ce dernier trimestre, c'est le creux de la vague. On voit l'essoufflement des économies autour de l'Allemagne. L'Allemagne ne se voit jamais isolée dans le monde et elle commence à en ressentir les effets".

2013 difficile mais pas catastrophique

Isabelle Bourgeois ajoute que "l'année prochaine ne sera pas facile, mais elle n'est pas du tout dramatique. La machine économique allemande continue à tourner très bien. Simplement elle tourne un peu moins vite parce que ses partenaires tournent eux-mêmes un peu moins vite".  
Conséquence, le chômage va augmenter l'an prochain mais de manière mesurée. Il devrait passer de 6,8 à 6,9% de la population active. Le chômage en Allemagne reste très en deçà du chômage français qui est actuellement de 10,1%.

Bonnes nouvelles en perspectives

Enfin, deux indicateurs peuvent contribuer à remonter le moral des Allemands.
L'inflation, qui va rester stable à 2% selon les prévisions.  
Et le budget. Berlin vient une fois de plus de réviser à la hausse ses prévisions de recettes fiscales pour 2012 et 2013, ce qui lui permettra d'avoir un budget presque à l'équilibre dès 2013.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.