Le rendez-vous du Particulier, France info

Le rendez-vous du Particulier. L'éco rénovation

L'éco rénovation n'utilise que des matériaux bio sourcés ou recyclés

Pièce en rénovation.
Pièce en rénovation. (© BY MARTIN DEJA / MOMENT RF)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L’éco rénovation ou rénovation durable est une rénovation qui se fait avec des matériaux 100 % écologiques. D’ailleurs, dès l’année prochaine, les constructions neuves devront, non seulement respecter une performance énergétique, mais elles devront aussi afficher un bon bilan carbone. Comment s’y prendre pour rénover durablement et combien ça coûte ? Pour nous répondre, Valérie Valin Stein. Vous signez un dossier dans le mensuel Le Particulier ce mois-ci.

Tout d’abord, qu’est-ce que ça veut dire l’éco-rénovation ?

Valérie Valin Stein : L’éco rénovation c’est articule autour de quatre grands axes : réparer l’existant, employer des matériaux de seconde main, faire la part belle aux matières bio sourcées et en dernier lieu, privilégier les énergies renouvelables.

Qu’est-ce que c’est, les matériaux bio sourcés ?

Ce sont des produits naturels qui peuvent être d’origine animale ou végétale et qui n’ont pas nécessité de transformation lourde. Souvent utilisés comme isolant, je pense au chanvre, à la fibre de bois, à la cellulose ou à la paille.

Où peut-on les trouver ?

Pour les matériaux bio sourcés, vous les trouvez en magasin. Pour les matériaux d’occasion ou de seconde main, on les trouve dans des ressourceries. Cela repose sur le principe de l’économie circulaire : c’est de la récup’ de matériaux de construction ou de démolition qu’on revend.

Est-ce que ça coûte plus cher que d'acheter neuf ?

Si on passe par des matériaux issus de chantier ou d’invendus, c’est moins cher. Dans ces ressourceries ou recycleries, on trouve parfois aussi de véritables pépites comme de magnifiques radiateurs en fonte ! Alors, vous les paierez, certes plus cher, mais ce sera l’occasion d’acquérir un bel objet, que vous ne serez pas obligé de remplacer d’ici 10 ou 15 ans.

Quelles précautions faut-il prendre ?

Des matériaux naturels, bio sourcés, ça ne signifie pas forcément qu’ils sont inoffensifs pour la santé. Par exemple, la poussière de bois peut-être cancérogène. Pour les choisir, vous pouvez-vous appuyer sur des labels. Par exemple, pour le bois, vous pouvez le prendre issu de forêts durablement gérées. Même chose pour les peintures : préférez celle qui sont certifiées éco label.

Et pour les chaudières, si on les récupère, est-ce que ça peut être dangereux ?

Il peut s’agir de celle qu’on va trouver dans un appartement ou une maison convient d’acheter. Alors au lieu de changer cette chaudière on peut se dire qu’on va les réparer. Idem pour la VMC. Une chaudière de qualité pourra repartir pour quelques années après une visite d’entretien.

Les matériaux écologiques permettent-t-il une meilleure isolation thermique du logement et sont-ils plus faciles à recycler au moment de la destruction ?

En matière d’isolation, les matériaux écologiques apportent à la fois un confort thermique l’hiver est une isolation l’été. Le confort thermique d’été repose sur le déphasage thermique, c’est-à-dire la capacité de l’isolant à restituer la chaleur dans le temps. Avec un isolant bio sourcé comme la fibre de bois, le déphasage est de 11 à 12 heures. L’isolant restituera une partie de la chaleur à minuit, au moment où il fait frais. Alors qu’avec un isolant classique comme la laine de verre,  le déphasage n’est que de trois à quatre heures c’est-à-dire que votre laine de verre va dégager de la chaleur à 15 ou 16 heures à un moment où il fait très chaud. Et puis lors de la destruction, ils sont beaucoup plus faciles à recycler.

Pièce en rénovation.
Pièce en rénovation. (© BY MARTIN DEJA / MOMENT RF)