Le rendez-vous de la médiatrice, France info

Le rendez-vous de la médiatrice. Le Grand débat national et son traitement journalistique sur franceinfo

Les messages des auditeurs sont très nombreux cette semaine sur le Grand débat national. Jean-Jérôme Bertolus, chef du service politique, répond aux questions relayées par la médiatrice des antennes de Radio France.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
 Conférence régionale citoyenne au Pavillon Joséphine à Strasbourg (Bas-Rhin), dans le cadre du grand débat national le 22 mars 2019.
 Conférence régionale citoyenne au Pavillon Joséphine à Strasbourg (Bas-Rhin), dans le cadre du grand débat national le 22 mars 2019. (MAXPPP)

Le Grand débat national sur l'antenne de franceinfo suscite toujours de nombreuses questions des auditeurs et internautes. Jean-Jérôme Bertolus, chef du service politique de franceinfo, répond à Emmanuelle Daviet, la médiatrice des antennes de Radio France.

La rédaction a-t-elle été à la hauteur de l’enjeu dans le traitement  journalistique du Grand débat ?

"Dans ce débat tout est verrouillé ; les questions sont fermées et encadrées. Autour de moi, je ne connais que deux personnes qui ont participé à cette farce alors qui ce débat représente-t- il", demande Thierry.
On a l’impression en lisant les messages, ajoute la médiatrice, que les auditeurs ne sont pas dupes et que les journalistes déroulent le factuel du Grand débat sans interroger la méthode.


Jean-Jérôme Bertolus : C'est un exercice inédit en France, dans la forme et dans son ampleur, rien que par le nombre de réunions organisées localement. Les journalistes de la rédaction ont été mobilisés localement en faisant remonter chaque jour des thématiques (les services publics, la fiscalité...). Le choix de suivre telle ou telle réunion était un choix de franceinfo, personne ne nous a dicté ce choix.

Est-ce que franceinfo n'a eu qu'un traitement factuel sans s'interroger sur la méthode du Grand débat ? C'est exactement l'inverse. Après l'appel d'offre lancé par le gouvernement, dès que les entreprises ont été sélectionnées, nous nous sommes attachés à sélectionner la méthode de remontée des informations.

On poursuit avec ce message d'une autre auditrice, Marie-Jo 

"Je m'étonne d'entendre que les participants au Grand débat ne sont pas représentatifs de la société française ! Les gilets jaunes, bien moins nombreux l'étaient plus à vos yeux. C'est étonnant ! "

Nous n'avons jamais opposé la représentativité des Français s'exprimant dans le Grand débat à une éventuelle représentativité des Gilets jaunes. Grâce à notre partenaire Odoxa, nous avons rendu compte du soutien massif du mouvement, au départ du mouvement, puis de son effritement régulier pour devenir largement minoritaire. Nous sommes attachés à rendre compte de cette mobilisation hebdomadaire tout en restant très prudent sur l'expression à l'antenne de tel leader auto proclamé.

Pourquoi ne parlez-vous pas du "vrai" débat sur votre antenne ?


Une plateforme équivalente à celle du grand débat a été mise en place pour les Gilets jaunes par la société qui a mis en place celle du Grand débat pour le gouvernement.

La différence entre ces deux plateformes ? Celle du gouvernement ne laisse pas de place à certaines propositions car elle se présente sous forme de questions alors que la plateforme du vrai débat, elle, était "ouverte" et toutes les propositions y étaient possibles. Bref, c'est un vrai bon outil pour une vraie consultation. On en a parlé au service politique dès son lancement et en interrogeant l'entreprise qui a mis en ligne cette plateforme.

"Le gouvernement et les médias aux ordres manipulent l’opinion. Le peuple pourra dire exactement ce qu’il pense lors des élections européennes", souligne un autre auditeur. Que lui répondez-vous ?

franceinfo n'est aux ordres de personne, ni du gouvernement, ni d'aucun groupe de pression.

 Conférence régionale citoyenne au Pavillon Joséphine à Strasbourg (Bas-Rhin), dans le cadre du grand débat national le 22 mars 2019.
 Conférence régionale citoyenne au Pavillon Joséphine à Strasbourg (Bas-Rhin), dans le cadre du grand débat national le 22 mars 2019. (MAXPPP)