Cet article date de plus de neuf ans.

A Marseille, une expo consacrée aux femmes des quartiers Nord

écouter (5min)
Marseille célèbre à sa façon la journée des droits des femmes. Une exposition vient d'ouvrir dans les quartiers Nord de la ville, dans un nouveau lieu culturel. Le centre a été inauguré jeudi soir avec une exposition consacré aux femmes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Lancer un nouveau lieu dédié à la culture dans ces quartiers durs de Marseille est un challenge, et l'équipe qui relève ce défi n'est pas marseillaise. Elle arrive de la maison des métallos à Paris. L'association Planète émergente fait partie de ceux qui croient que la reconquête des quartiers passe aussi par la culture. "Les femmes sont facteurs de cohésion sociale " écrivent plusieurs sociologues.

"Pour certaines personnes, je suis méprisée parce que j'ai pas le faciès qu'il faut et de l'autre côté de la Méditterannée, on ne nous veut pas non plus. Je me sens symboliquement comme un enfant illégitime"(Marie-Louise, une Franco-Algérienne qui participe à l'expo)

La première exposition est photographique : des portraits grandeur nature, signés Bernard Pesce, photographe de mode réputé. Passé par Paris, New-York et Tokyo, il a pris pour parti de s'effacer, et de laisser les femmes se mettre en scène elles-mêmes.

Des problématiques liées à l'intégration

Outre l'esthétique, l'intérêt de cette exposition réside dans le message que veulent faire passer ces femmes. En fond sonore de l'exposition sont diffusées les voix, les témoignages de ces femmes, comme Marie-Louise, qui pose en bleu-blanc-rouge, enroulée dans un drapeau algérien. Elle s'interroge : "Je suis d'origine algérienne, [et on me demande] comment ça se fait que tu t'appelles Marie-Louise ? Et paf ! Je pense que nous les harkis, nous sommes un trait d'union entre la France est l'Algérie  ". Elle a le sentiment de ne pas trouver sa place entière dans les deux pays, "pour certaines personnes, je suis méprisée parce que j'ai pas le faciès qu'il faut et de l'autre côté de la Méditterannée, on ne nous veut pas non plus. Je me sens symboliquement comme un enfant illégitime ".

Les problématiques évoquées sont souvent liées à l'intégration, aux différences culturelles, au poids de la religion, mais pas seulement. Pour Adila Karle, il s'agit par exemple de chanter les airs d'opéra les plus connus du répertoire, mais dans la rue. 

"Femmes de Marseille, racontez-moi votre histoire est un expo sur les femmes, comment elles se voient et sur le fait qu'elles sont des personnalités de cohésion sociale" (la directrice de l'association qui gère l'exposition)

L'exposition s'appelle Femmes de Marseille . Elle a inauguré hier soir un lieu culturel situé dans les quartiers nord, ignoré de la plupart des marseillais : des entrepôts du XVIIe siècle, situés sous la mairie des XIIIe et XIVe arrondissements de la ville. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.