"C'était une aimable petite chanson avec mon père" : quand Jane Birkin se confiant sur la ballade "Di Doo Dah"

Retour toute la semaine sur la carrière de Jane Birkin, qui nous a quittés ce dimanche 16 juillet 2023. Elodie Suigo avait rencontré la chanteuse et actrice à l'été 2021. Dans ce troisième épisode, Jane Birkin revient sur la chanson "Di Doo Dah".
Article rédigé par franceinfo, Elodie Suigo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 245 min
Jane Birkin sur la scène du Festival Antigel, à Genève en Suisse, le 9 février 2018. (MARTIAL TREZZINI / KEYSTONE)

Elle était l'Anglaise préférée des Français : Jane Birkin est morte à l'âge de 76 ans, dimanche 16 juillet à Paris, après avoir marqué de son empreinte la chanson et le cinéma. Dans une série d’entretiens sur franceinfo, avec Élodie Suigo dans le Monde d’Élodie diffusée, en juillet 2021, l’actrice et chanteuse, était revenue sur les moments forts de sa vie avec cinq chansons marquantes. Aujourd’hui, retour sur Di Doo Dah.

 >> Retrouvez l’intégralité de l’entretien de Jane Birkin sur franceinfo

 

franceinfo: Que représente la chanson Di Doo Dah, extraite de l'album du même nom pour vous ?

Jane Birkin : J'étais contente parce qu'il y avait des morceaux avec mon singe, qu'on a utilisé par la suite sur la couverture de l'album Histoire de Melody Nelson. C'était mon fétiche. Encore une fois, c'était une aimable petite chanson avec mon père qui chantait "Di Doo Di Doo Dah". C'était si bien vu. Il avait fait une autre chanson sur mon singe aussi. Ces chansons-là étaient des bouquets de charme.

"’Di Doo Dah’ était un petit portrait, une chanson adorable avec tous les personnes qui m'étaient chères."

Jane Birkin

à franceinfo

Serge Gainsbourg jouait beaucoup avec vous, il vous présentait comme une compagne ingénue, très libérée, voire un peu nymphomane. Vous êtes rentrée dans son jeu...

Oui. Il avait écrit une chanson 'poilante' qui s'appelait Raccrochez, c'est une horreur. C'est tellement délicieux, il n'y a rien de très indécent et ça met la pêche.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.