Cet article date de plus de huit ans.

Le geek de A à Zeid : Bot

Tout l'été avec Jean Zeid, France Info décrypte les expressions issues des nouvelles technologies et qui se sont peu à peu imposées, parfois jusque dans les pages des bons vieux dictionnaires. Le mot du jour : bot.
Article rédigé par Jean Zeid
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
  (©)

Un "bot", abréviation du mot “robot” est un logiciel informatique réalisant des tâches automatisées diverses et variés. Leur invention ne date pas d’hier. C’est autour de l’an 2000 que les robots devinrent des "bots" sur Internet. Pour eux, fini le monde physique, ces entités sont de purs programmes informatiques. Ce type de robot sert par exemple aux moteurs de recherche pour parcourir le web afin d’indexer, de cataloguer les pages pour satisfaire les demandes des internautes.

Chatter en direct avec un "bot" sur les sites de rencontre en pensant qu’il s’agit d’une personne bien réelle, ça non plus, ce n’est pas nouveau. Dans les jeux vidéo également, ils forment le bataillon de personnages non jouable qui finissent généralement dézingués.

Bot : véritable couteau suisse

Aujourd’hui, ces bots servent à tout : météo du jour, abonnements automatisés, confirmations de commande, notifications d’envoi d’un colis, ils sont partout.

Leur qualité dépend désormais de l'intelligence artificielle qu’ils embarquent, c'est à dire leur capacité à simuler le comportement d'un humain voir de prédire le moindre de nos désirs.

C’est d’ailleurs la dernière lubie de la Sillicon Valley : créer des "bots" ou des "chatbots" capables de dialoguer en se faisant passer pour une personne à la manière d’une intelligence artificielle. L’internaute lui n’y voyant que du feu ou presque.

Récemment, un "bot" imaginé par Microsoft était doté d’une intelligence artificielle capable d’apprendre des dialogues avec internautes sur twitter. Le géant américain a finalement dû débrancher sa créature devenue incontrôlable, l’interrompant au milieu d’un énième tweet à la gloire d’Hitler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.