Reconquête : bataille interne entre Eric Zemmour et Marion Maréchal pour être tête de liste aux élections européennes

écouter (3min)

Ce dimanche, Eric Zemmour va fêter le premier anniversaire de son parti Reconquête, lors d’un meeting à Paris, où l’on prépare déjà les Européennes de 2024. Une élection où le leadership d’Eric Zemmour pourrait être contesté. Le brief politique de Jean-Rémi Baudot. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marion Maréchal et Eric Zemmour en meeting à Toulon (Var) le 6 mars 2022 (BOUTRIA LUC MULLER F / MAXPPP)

Après le raté de la présidentielle puis des législatives, Eric Zemmour et ses proches veulent croire que les européennes seront enfin l’occasion pour Reconquête de décrocher des élus . "C’est une fenêtre politique importante. La première élection du quinquennat", confirme un fidèle lieutenant d’Eric Zemmour. Car les européennes sont un scrutin qui a toujours favorisé les partis contestataires, et donc, l’occasion de remobiliser les militants zemmouristes…  

>> "Francocide" : anatomie d'une fantasmagorie

Chez Reconquête, la tête d’affiche, c’est évidemment Eric Zemmour. Mais est-il le mieux placé pour être tête de liste ? Interrogé récemment, il répondait "Je ne m'interdis rien". Pourtant au sein du parti, certains s’autorisent désormais à douter de sa capacité à mener et à gagner une campagne. Une opportunité pour Marion Maréchal qui qui affiche désormais ses ambitions. En interne, il y a bien l’idée d’une double tête de liste Zemmour- Maréchal, mais, en coulisses, l’ancienne députée et son entourage sont à la manœuvre. La nièce de Marine Le Pen cumule l’avantage d’être une femme, jeune, très identifiée par les français, moins clivante qu’Eric Zemmour et surtout elle connait assez bien les institutions européennes.

Eric Zemmour est-il le mieux placé pour mener et gagner une élection ?

Le nom de la tête de liste pourrait ne pas être annoncé avant plusieurs mois mais ce choix va devenir un sujet sensible car de cette élection dépendra l’avenir politique de Reconquête et celui d’Eric Zemmour. Rappelons que le scrutin européen est une proportionnelle mais que le ticket d’entrée est à 5%. Pas si simple de réaliser ce score alors que le Rassemblement national est toujours très fort aux européennes. Dernière question épineuse à régler : dans l'hypothèse où Reconquête se retrouvait au parlement européen, avec qui pourrait-il siéger ? Le sujet qui fait parler à Bruxelles dans les milieux conservateurs. En toute logique,

Reconquête ne siègerait pas dans le groupe ID avec le Rassemblement national, mais plutôt dans le groupe ECR, avec les populistes italiens, suédois ou espagnols. Le petit problème, c’est que ce groupe est dirigé par des Polonais. Et comme le rappelle un eurodéputé de droite, "Les Polonais détestent Zemmour depuis ses prises de position pro-Russes au début de la guerre en Ukraine…". Peut-être un argument de plus en faveur d’une tête de liste Marion Maréchal.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.