Le brief politique, France info

Comment les députés LR ont remporté la course à la motion de censure à l'Assemblée nationale

Les Républicains ont tout fait pour que leur texte soit examiné avant celui déposé par la gauche.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des députés du groupe LR, autour de leur président de groupe, Damien Abad (3e en partant du bas), le 4 février 2020 à l\'Assemblée nationale.
Des députés du groupe LR, autour de leur président de groupe, Damien Abad (3e en partant du bas), le 4 février 2020 à l'Assemblée nationale. (THOMAS SAMSON / AFP)

Samedi 29 février, fin d'après-midi. Édouard Philippe vient de s'exprimer dans l'hémicycle pour dégainer l'article 49.3 de la Constitution. Les députés du groupe LR annoncent alors qu'ils se réuniront dimanche matin pour annoncer le dépôt de leur motion de censure. Sauf qu'ils se rendent compte que s'ils ne se dépêchent pas un peu, la gauche va déposer sa propre motion avant eux... Ni une, ni deux, les Républicains passent la seconde pour coiffer sur le fil leurs collègues de La France Insoumise, socialistes et communistes.

Une course à la visibilité

Tout cela peut paraître un peu futile... Mais les LR, en tant que premier groupe d'opposition en nombre de députés, voulaient absolument que leur président Damien Abad puisse monter à la tribune en première position mardi 3 mars, lors de l'examen des deux motions. C'est gagné ! Voilà à quoi tient la visibilité quand on n'est pas dans la majorité parlementaire, mais "c'est de bonne guerre", reconnaît beau joueur un député insoumis. "Y'a pas de compet' !", ajoute le numéro un du PCF Fabien Roussel. Les députés de gauche devraient d'ailleurs voter la motion de censure de LR, ce texte censé faire tomber le gouvernement mais qui n'a aucune chance d'aboutir, compte tenu du rapport de force à l'Assemblée.

Des députés du groupe LR, autour de leur président de groupe, Damien Abad (3e en partant du bas), le 4 février 2020 à l\'Assemblée nationale.
Des députés du groupe LR, autour de leur président de groupe, Damien Abad (3e en partant du bas), le 4 février 2020 à l'Assemblée nationale. (THOMAS SAMSON / AFP)