Entreprises : les patrons de TPE et PME redeviennent optimistes pour leurs résultats 2023

Plus d’activité, c’est une trésorerie renforcée pour les petites entreprises, malgré le contexte économique et social compliqué.
Article rédigé par France Info, Emmanuel Cugny
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min
La tournée Entrepreneuriat pour tous de BpiFrance, en novembre 2021. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Cet optimisme ressort du dernier baromètre trimestriel réalisé par Bpifrance Le Lab (la banque publique d’investissement) et l’institut de conjoncture Rexecode. L’enquête a été réalisée mi-avril auprès de 550 dirigeants de TPE et PME du secteur marchand non agricole (services aux entreprises, distribution, produits manufacturés hors agro-alimentaires notamment).

Concrètement, six dirigeants de TPE/PME sur dix s’attendent à ce que la marge nette de leur entreprise progresse ou, au moins, se maintienne sur l’ensemble de l'année. La marge nette, c’est le bénéfice final divisé par le chiffre d’affaires, c’est-à-dire que l’ensemble des charges et le coût des produits sont comptabilisés. Cet indicateur donne la couleur de la rentabilité de l’entreprise.

Les sociétés du secteur non agricole sont donc moins touchées que les autres par l’inflation. La hausse des prix ne semble pas avoir d’impact négatif comme dans l’agro-alimentaire, par exemple. De plus, les problèmes de logistique sont en train de se résorber. Rupture des chaînes d’approvisionnement, mauvaise fourniture de certaines pièces… Des problèmes persistent mais il y a une nette amélioration qui aide la reprise de l’activité.

Emploi et salaires

Le positif est plutôt du côté des rémunérations que de l’emploi en tant que tel. On ne cesse de le répéter : les entreprises peinent toujours à recruter les personnes correctement formées à leurs besoins en main-d’œuvre.

Côté salaires en revanche, 78% des patrons de TPE et PME interrogées par Bpifrance Le Lab et Rexecode prévoient d’augmenter les rémunérations cette année. Les TPE et PME jouent le jeu, contrairement à certaines multinationales montrées du doigt. Ces petites sociétés comptent profiter du retour des marges pour jouer sur les rémunérations. Elles sont plus nombreuses à l’envisager aujourd’hui qu’en février, par exemple. C’est donc un indicateur récent et nouveau, en lien avec les investissements qui devraient être eux aussi au rendez-vous.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.