Les enfants ont pris du poids pendant la crise sanitaire

écouter (3min)

Une étude confirme mardi que les enfants ont pris des kilos pendant l'épidémie de Covid-19. Le surpoids impacte d'abord les filles, les enfants qui vivent dans des zones d'éducation prioritaire et ceux qui ne vont pas à la cantine. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les filles sont les premières impactées par la prise de poids (illustration).  (RÉMI DUGNE / MAXPPP)

Une nouvelle étude parait mardi 26 avril dans un bulletin de Santé Publique France. Elle confirme que les enfants ont pris du poids pendant l'épidémie de Covid-19 et ce surpoids impacte d'abord les filles, les enfants qui vivent en zone d'éducation prioritaire et ceux qui ne vont pas à la cantine. 

Pour les besoins de cette étude, près de 50 000 enfants âgés de quatre ans et demi en moyenne ont été suivis depuis 2018, donc avant le début de la crise sanitaire. La Protection maternelle et infantile (PMI) du Val-de-Marne a étudié ces élèves de moyenne section de maternelle et leurs courbes de poids ont été passées au crible. Résultat : on observe une hausse de plus de 50% du nombre d'enfants obèses en trois ans. Ils étaient 518 pour l'année scolaire démarré en 2018 et 800 en 2021.

Moins de sport et plus d'écrans

Les enfants ont pris du poids exactement pour les mêmes raisons que les adultes. Pendant la pandémie il y a eu plusieurs confinements. Les parcs, les piscines sont restées portes closes, des classes et des écoles ont aussi été fermées en cas de Covid-19. Les petits sont restés enfermés à la maison, sans sortir ou très peu. Les heures passées devant les écrans ont explosé, le grignotage aussi, fatalement ça fait prendre du poids. Et puis toutes les campagnes de prévention se sont focalisées sur le Covid-19, et pas sur la nutrition ou le sport.

Dans cette étude un quart des enfants habitent dans une zone d'éducation prioritaire, ce sont ceux qui ont pris le plus de poids, notamment les filles. Le docteur Marie-Laure Baranne, qui a dirigé cette étude ne l'explique pas, mais elle a observé que les petites filles ont été plus impactées. Et qu'il y a aussi des facteurs qui protégent les enfants, ceux qui sont inscrits à la garderie et qui vont à la cantine prennent moins de poids, parce qu'ils ont des repas équilibrés et qu'ils pratiquent des activités physiques.

Le docteur Baranne espère qu'avec le retour à une vie normale, les enfants vont perdre le poids accumulé. D'après elle, il faut d'urgence mener des actions de prévention et prendre en charge ces enfants parce que le surpoids et l'obésité, quand on est petit, peuvent déclencher des maladies parfois graves à l'âge adulte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.