Guerre en Ukraine : les prix alimentaires devraient augmenter selon Dominique Chargé, le président de la Coopération agricole

écouter (8min)

Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, qui représente une marque alimentaire sur trois, veut rouvrir des négociations sur les prix avec la grande distribution pour prendre en compte les conséquences économiques liées à la guerre en Ukraine.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, était l'invité de franceinfo mardi 8 mars. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"La guerre en Ukraine aura un effet sur le coût de l’alimentation", a prévenu Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, invité éco de franceinfo mardi 8 mars. L’organisation, qui représente une marque alimentaire sur trois en France, demande à la grande distribution de "rouvrir des négociations" sur les prix des produits vendus aux consommateurs.

Les industriels viennent pourtant d’achever les négociations tarifaires annuelles avec la grande distribution. Ils se sont entendus sur une hausse de 3%. Mais ces accords "ne couvraient déjà pas la totalité des augmentations de coûts de production auxquels nous avons dû faire face en 2021 et début 2022", estime Dominique Chargé, qui veut négocier de nouvelles hausses tarifaires. "Le conflit va avoir un nouvel impact de hausse sur nos coûts de production."

Un bouclier pour plafonner les prix du gaz

Le représentant du secteur met en avant la flambée du coût des matières premières et de l’énergie, alors que le gouvernement prépare un plan de résilience pour plusieurs secteurs, dont l’agroalimentaire. Pour les professionnels, la Coopération agricole réclame "un bouclier pour plafonner les prix du gaz", à l’image du bouclier mis en place pour les ménages.

Selon Dominique Chargé, "l'énergie est importante dans les productions, notamment pour chauffer nos poussins à leur démarrage. Elle est importante aussi pour fabriquer les engrais et dans la transformation des produits". Le dirigeant, reçu ce mardi 8 mars par le Premier ministre, affirme que le gouvernement y réfléchit et cherche une solution "à l’échelle européenne".  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.