Espace : David Henri, cofondateur d’Exotrail, dévoile un "space van" pour transporter des satellites

écouter (8min)

La jeune société française veut s'imposer sur le marché des constellations de satellites. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
David Henri, cofondateur d’Exotrail, le 18 avril 2022. (FRANCE INFO / RADIO FRANCE)

Un véhicule pour l’espace. La jeune société française Exotrail vient d’annoncer un accord avec l’américain SpaceX. En 2023, une fusée mettra en orbite le "space van", un véhicule de l’espace conçu par Exotrail, et capable d’embarquer de petits satellites. Invité éco de franceinfo lundi 18 avril, David Henri, cofondateur d’Exotrail, veut proposer "la livraison du dernier kilomètre… mais dans l’espace".   

Si la fusée fait l’essentiel du trajet, le "space van" est ensuite chargé d’arriver "à bon port", de "détacher les satellites et de les déposer à leur destination", avant qu’ils soient mis en service. Une innovation, alors que le marché des petits satellites est en plein essor, notamment pour assurer une couverture internet sur l’ensemble du globe.

"En 2010, il y a eu une dizaine de petits satellites, de moins de 500 kilos, lancés en une année. L’année dernière, il y en a eu quasiment deux mille."

David Henri, cofondateur d'Exotrail

sur franceinfo

Pour l'instant, la start-up française a signé un contrat pour un seul tir. Mais des discussions sont en cours pour d’autres lancements. "L’ordre de grandeur, explique le dirigeant, c’est un million de dollars pour envoyer notre space van et tous les satellites qu’il va emporter, et nous, ensuite, on va emporter les satellites sur leur orbite opérationnelle".  

Si l’entreprise a conclu un accord avec la société d’Elon Musk, pour un tir dès l’an prochain, elle a des discussions avec "l’ensemble des lanceurs", affirme David Henri : "On compte notamment lancer avec Ariane 6, d’Arianespace".  

L'intégralité de l'interview à retrouver ici:       

  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.