Cet article date de plus de huit ans.

Nouveau couac sur la PMA et conséquences de la guerre au Mali

écouter (5min)
Le gouvernement a lui-même alimenté le débat sur la procréation médicalement assistée ce week-end, avec un moment de flou entre le Premier ministre et la ministre de la famille. Par ailleurs, François Hollande pourrait sortir politiquement renforcé sur la scène européenne par la guerre au Mali, alors qu'il intervient demain devant le Parlement européen à Strasbourg.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La ministre de la famille, Dominique Bertinotti, a annoncé une loi famille incluant la PMA, avant d'être désavoué par Jean-marc Ayrault depuis le Cambodge : "Je crois qu'elle ne peut pas
dire ça dans la mesure où elle ne connaît pas la date de réponse
du Comité national d'éthique. Donc si c'est fait avant, oui,
mais si ce n'est pas le cas, il faudra attendre
", a-t-il dit. Il ne s'agit pas d'un couac pour la ministre concernée, qui a revu sa copie, ce matin sur France Inter :"Cette loi sera présentée avant la fin de l'année 2013 au Parlement. La procédure lancée par le Comité national d'éthique n'est pas incompatible avec le calendrier ". Le projet de loi devait être initialement présenté en mars. La ministre confirme qu'il est reporté.

Le patron des députés socialistes Bruno Le Roux évacue la question des dates sur Europe 1. Il réfute toute idée d'enterrement de la PMA :

"C'est une péripétie de calendrier qui n'enlève rien au fait qu'avant la fin de l'année, il y aura un texte du gouvernement qui comprendra la PMA. Ça a été dit à l'Assemblée "

Jean-François Copé espère au contraire sur RTL que le premier ministre est en train de reculer : "J'espère que c'est le début de la prise en compte du message de l'opposition qui vise à dire stop. Ca montre des divisions dans sa majorité. Tout ça est un peu tragi-comique ".

Finalement, Jean-Marc Ayrault a reprécisé le calendrier : "Il y aura bien avant la fin de l'année un projet de loi famille qui comprendra aussi des dispositions sur la PMA, une fois que le Comité national consultatif d'étique se sera prononcé ". Mais le Premier ministre ne précise pas quelle pourrait être la nature de ces dispositions.

François Hollande politiquement renforcé par le Mali ?

Le député socialiste Jean-Christophe Cambadélis estime que cette première victoire française qui aboutit à la libération de Tombouctou, une victoire solitaire compte-tenu de la tiédeur du soutient européen, change l'équilibre sur la scène politique : "Cette initiative et cette visite permet au Président de la République d'aborder le débat budgétaire européen et son discours au Parlement dans une situation de force. ce qui n'était pas le cas auparavant, vu les déficits publics de la France et la manière dont madame Merkel faisait la leçon aux Français ".

A condition que la suite des évènements ne vienne pas effacer les bénéfices de ce succès. Et c'est le risque d'enlisement qui est évoqué. Pour le ministre du développement, l'écologiste Pascal Canfin, interrogé sur Canal +, tout est en place pour l'éviter : "Nous sommes en train de faire monter en puissance les troupes africaines et à terme nous pouvons envisager une force de maintient de la paix des Nations Unies et nous allons pouvoir nous retirer. C'est le principe qui est acté et il n'y a aucun problème ".

Mais le ministre se garde de donner un calendrier pour ce retrait français.Les opérations pourraient prendre plusieurs mois et changer de nature.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.