L'histoire du jour, France info

Les femmes sont plus belles qu'elles ne le pensent

Dans une vidéo, un artiste demande à des femmes de se décrire. A partir de leur description, et sans les voir, l'homme les dessine. Le résultat est étonnant. Ce petit film connaît un succès mondial.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Au milieu de la pièce, il y

a un rideau. D'un côté, un homme, assis devant une grande table à dessin.

De
l'autre, un fauteuil. Une femme vient s'y asseoir. L'homme et la femme ne se
voient pas mais ils peuvent discuter. Le dessinateur lui pose des questions sur
son apparence. La femme répond : "mon menton est un peu protubérant",
"ma mère m'a toujours dit que j'avais une grande machoire",
"j'ai un front proéminent"... A partir de cette description,
l'artiste réalise un premier portrait. La femme s'en va.

Le dessInateur fait entrer
un autre participant. Il lui demande de résumer à son tour l'apparence physique
de la femme qui vient de sortir. Il obtient un second portrait. Il confronte
alors les deux dessins et le résultat est frappant: le deuxième est beaucoup
plus réaliste que le premier, moins caricatural ; il est aussi beaucoup plus
flatteur. Quand une femme parle d'elle-même, elle est souvent impitoyable. Les
autres sont plus généreux, et plus près de la vérité.

 

La vidéo livre la
conclusion : "vous êtes plus belle que vous ne le pensez".

Ce film de trois minutes est
en ligne depuis le 14 avril. Il est intitulé "Real beauty sketches"
(croquis de la beauté réelle), et il connaît un succès phénoménal : il a été vu
près de 55 millions de fois. Pourtant, au départ, il s'agit seulement d'une
publicité. Sur le site du Monde,
Isabelle Piquer raconte que l'idée est née chez Dove. Le fabricant de
cosmétiques a sollicité un spécialiste des portraits-robots, Gil Zamora, qui
travaille pour le FBI. L'artiste s'est installé dans une grande pièce à San
Francisco et il a reçu sept femmes, les unes après les autres. A chaque fois,
il a mené la même expérience, en réalisant deux dessins. Lorsque les femmes se
retrouvent devant les deux croquis, elles n'en reviennent pas  :

"Sur le premier portrait, j'ai l'air
fermé, plus grosse, plus triste aussi... Sur le deuxième dessin, j'ai l'air
plus ouverte, plus amicale, et plus heureuse..."

Les sept volontaires se
rendent compte qu'elles ont une image déformée d'elles-mêmes. Isabelle Piquer
le résume d'une phrase : les femmes semblent leur pire ennemi. Quand quelqu'un
d'autre les décrit, il leur trouve des qualités qu'elles ne soupçonnent pas.

Depuis deux mois, la vidéo a

provoqué une grande discussion sur internet, dans le monde entier.

Des
associations regrettent que le film définisse les femmes à travers leur beauté.
Elles y voient une démarche sexiste. Mais globalement, les femmes qui
découvrent l'expérience applaudissent. Certaines en parlent sur les réseaux
sociaux. Pour Dove, le coup de pub est réussi. La marque de cosmétiques a mené
une autre étude, dans vingt pays : selon elle, seulement 4% des femmes se
trouvent belles.

 

(©)