Trouver 50 000 dollars, les rendre et en récompense réaliser son rêve de faire des études : au Libéria, Emmanuel Tuloe fait parler de lui

écouter (2min)

Le 10 octobre dernier, cet adolescent a trouvé un sac plastique rempli de billets, sac qu’il a remis à sa propriétaire après l’avoir retrouvée, un modèle d’intégrité qui lui vaut, entre autres récompenses, de pouvoir retourner à l’école et étudier, son unique aspiration.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président du Libéria George Weah (à gauche) remet à Emmanuel Tuloe (à droite) un don de 10 000 dollars pour avoir rendu à sa propriétaire 50 000 dollars, à Monrovia le 18 octobre 2021. .  (PRESIDENTIAL PRESS OFFICE HANDOU / MAXPPP)

C’est son honnêteté qui l’amène à faire la Une des journaux libériens. Emmanuel Tuloe a 18 ans et, il y a quelques mois, le 10 octobre, alors qu’il était chauffeur de moto-taxi dans la capitale Monrovia, il a trouvé au bord de la route un sac plastique rempli de billets, 50 000 dollars américains, un véritable pactole dans ce pays où la moitié de la population vit avec moins de deux dollars par jour. Le jeune homme aurait pu garder la somme, mais il décide d’attendre, de ne pas toucher aux liasses jusqu’à ce que le propriétaire du trésor perdu se manifeste. Ce qui se produit, quelques jours plus tard, où une femme explique à la radio avoir égaré ses économies. Emmanuel Tuloe la contacte, lui rend la somme et devient immédiatement, à la fois la risée de ses amis qui moquent sa probité, et à l’inverse une icône nationale, un modèle d’honnêteté comme on n’en fait plus, une anomalie, un original.

Rapidement, 10 000 dollars de récompense lui sont remis, le président du Libéria, George Weah le décore du titre "d’ambassadeur de l’intégrité", il lui accorde un salaire mensuel de 500 dollars et lui fournit une mobylette neuve, mais surtout un grand lycée américain lui offre son rêve : une bourse d’étude. Car voilà, ce à quoi aspirait Emmanuel Tuloe, c’était de retourner à l’école dont il a quitté les bancs à neuf ans à la mort de son père pour aider sa famille financièrement. Depuis cinq mois, il suit donc les cours d’un des collèges les plus réputés du Libéria en attendant de pouvoir décrocher l’équivalent du brevet d’ici quelques années et intégrer le lycée américain.

Son objectif : faire des études en comptabilité gestion

Certes, il est bien plus âgé que ses camarades, mais il est ravi : "maintenant, je peux me projeter dans l’avenir, confie-t-il à la BBC, mon objectif, c’est de faire des études en comptabilité gestion pour conseiller ceux qui ont le pouvoir sur la bonne utilisation de l’argent du pays." Clin d’œil au fait qu’au Libéria, corruption et détournement d’argent public sont monnaie courante. D’où, aussi, le succès de son histoire, basée sur l’honnêteté et le souhait inattendu d’étudier. Le choix d’Emmanuel Tuloe illustre le fait qu’on peut avoir d’autres buts que l’argent, l’accumulation, que l’on peut vouloir être riche d’autres choses, de savoirs, de rencontres, d’émerveillements, et d’autres bonheurs qui ne se monétisent pas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.