Cet article date de plus de sept ans.

Les retraites chapeau dans le collimateur du gouvernement

écouter (10min)
Après des polémiques à répétition sur ces retraites mirobolantes pour les grands patrons, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, a annoncé mardi après-midi qu'il envisageait de les supprimer.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le ministre de l'Economie l'a annoncé mardi après-midi : Emmanuel Macron envisage de supprimer le dispositif des retraite chapeau des grands patrons et le remplacer par le régime de droit commun. Mais ce n'est pas la première fois que le sujet est évoqué. C'est même un serpent de mer de la politique contemporaine.

Un symbole indéfendable

A gauche comme à droite d'ailleurs, la retraite chapeau joue le même rôle depuis plusieurs années : celui de l'épouvantail, du symbole de tout ce qui fait que les grands patrons apparaissent comme des priviliégiés dans l'opinion. Symbole indéfendable quand le pays s'enfonce dans la crise et que le chômage gagne du terrain. Les retraites chapeau, comme les parachutes dorés ou les stock-options sont donc agitées comme des chiffons rouges depuis au moins 7 ans. Souvenez-vous, la campagne de 2007, Nicolas Sarkozy prônait déjà la rupture en citant Jaurès.

18.11.2014 Nicolas Sarkozy en 2007 pronaît déjà la rupture
écouter

Bis répétita pour Nicolas Sarkozy lors de la campagne en 2012. Les retraites chapeau en plus. Entre temps, son ami Henri Proglio est devenu patron d'EDF. Il a quitté Véolia qui lui provisionné une retraite chapeau de 13 millions d'euros.

18.11.2014 Nicolas Sarkozy en 2012 rajoute les retraites chapeau à son discours
écouter

Et pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy, c'est la gauche qui a dénoncé les avantages des grands patrons. Car même décriées, les retraites chapeaux n'ont pas disparu. Elles ont simplement été davantage taxées au grand dam des députés socialistes.

Mais pendant la campagne 2012, François Hollande n'a pas pour autant promis leur suppression, malgré son plaidoyer contre la finance au Bourget. Le 7ème de ses 60 engagements évoquait simplement l'encadrement des bonus et la suppression des stock options.

Décriées mais toujours là

Les retraites chapeaux ont donc fait de la résistance. Villipendées mais toujours pas supprimées. Et il y a un an, François Hollande se contentait de saluer la décision de Philippe Varin, le président de PSA Peugeot Citroën, contraint de renoncer à sa mirobolante retraite après une nouvelle polémique. Un coup du chapeau à 21 millions d'euros.

18.11.2014 François Hollande salue la décision de Philippe Varin
écouter

Depuis, et bien rien. A part de nouvelles polémiques. Retraites chapeau de Didier Lombard, l'ancien PDG de France Télécom, de Gérard Mestrallet surtout, patron de GDF-Suez : 21 millions d'euros évoqués également par le Canard Enchaîné . Le chapeau de trop visiblement pour le gouvernement.  Et cette annonce donc mardi après-midi à l'Assemblée du ministre de l'Economie Emmanuel Macron. 

Emmanuel Macron entend supprimer les retraites chapeau
écouter

Enième promesse sur les retraites chapeau donc. La déclaration d'Emmanuel Macron résistera-t-elle à l'épreuve des faits ? L'heure est à la circonspection. Car sur le sujet, l'histoire récente nous montre que le gouvernement a souvent mangé son chapeau.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.