Cet article date de plus de huit ans.

Claude Bartolone joue à "Monsieur Plus"

écouter (5min)
Un nouveau temps du quinquennat,Voilà ce que plaide Claude Bartolone, le président de l'Assemblée Nationale, dans un entretien au "Monde". Des propos qui risquent d'agacer l'Elysée et Matignon.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

"Monsieur Plus", Claude Bartolone joue à "Monsieur Plus".
Plus de social pour renouer avec l'électorat de gauche, plus de travail en amont avec le groupe parlementaire et le parti, plus de relations courtoises avec les autres formations de gauche, dont celle de l'infréquentable Mélenchon, plus de confrontation, c'est le mot qu'il utilise, avec l'Allemagne de Merkel, tenante de la ligne d'austérité en Europe.
Mais, en revanche, pas plus de transparence, Claude Bartolone a pris la tête de la croisade anti-publication du patrimoine.
Et surtout plus de Jean-Marc Ayrault comme chef du gouvernement...

Claude Bartolone penserait donc à Matignon

C'est évident.Il suffit de lire cet entretien accordé à nos confrères du "Monde". Il réclame, je cite,

"une intervention plus forte du chef de l'Etat pour définir la lettre demission du gouvernement"...

Pour lui, cette étape nouvelle ne peut pas être dirigée par Ayrault.
Le pays aurait donc besoin d'un souffle régénérateur et Bartolone estime que le vent lui est favorable.
Cette interview est un début de commencement de discours de politique générale.
Certes, l'intéressé estimera qu'il s'agit-là d'une spéculation de plus de la presse.
Mais il est évident qu'il y songe même si dans l'entourage de François Hollande on écarte toute vélléité de remaniement ou de changement plus profond du gouvernement.
D'ailleurs, Jean-Marc Ayrault le sait, le devine, son "après" est dans toutes les conversations.
Il avait méchamment taclé son camarade du Perchoir:

"Pour entrer au gouvernement, il faut déclarer son patrimoine"

avait déclaré l'actuel locataire de Matignon. Entre les deux hommes, c'est à couteaux tirés. D'autant plus que celui qu'on appelle "Barto" ne manque pas d'ambitions. Car Claude Bartolone s'est révélé au grand public ces dernières semaines. En effet, il a brillamment mené les débats sur le mariage pour tous, ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les députés de gauche et même les opposants UMP.
Ses sorties sur la loi transparence, "voyeurisme", "démocratie paparazzi", ont été saluées par beaucoup de parlementaires toutes tendances confondues. Il s'est fait remarquer, son nom a été répété en boucle à la radio, la télé a montré son visage régulièrement.
Avec Christiane Taubira, il est sorti gagnant de cette séquence politico-médiatique.

Ce qui lui permet donc d'avancer ses pions

Et de réclamer une nouvelle étape qu'il souhaite axée sur le social. Envoyer des signes à l'électorat de gauche et aux autres formations de gauche. C'est un appel au sursaut, c'est un appel à l'unité. Sans cela, redoute Bartolone, le populisme fera des ravages. Et le quinquennat de Hollande sera un échec, il ne dit pas aussi explicitement mais il le laisse entendre.

Tout cela ressemble à un inventaire au bout seulement d'un an de pouvoir. Déjà un inventaire.

Pour l'instant, seule l'aile gauche du Parti Socialiste salue l'initiative.
Bartolone avance mais sur sa route, c'est la loi du genre en politique et au PS en particulier, il y a aussi des amis qui ne vous veulent pas que du bien...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.