Cet article date de plus de huit ans.

La culture facile de l'oeillet d'Inde

L’œillet d’Inde est encore aujourd’hui un incontournable pour le fleurissement estival du jardin familial.
Article rédigé par Claude Bureaux
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (© Fotolia)

 Cette plante annuelle a la particularité de fleurir dès la plantation à la mi-mai et jusqu’aux gelées. Si l’on prend bien soin de supprimer les fleurs passées.

De culture très facile, l’œillet d’Inde tolère tous les sols, à exposition ensoleillée

Il s’accommode de la mi-ombre et supporte même le climat maritime. Il en existe un grand nombre de variétés qui diffèrent par la taille, l’ampleur et le coloris. Les œillets d’Inde nains à fleurs simples dépassent rarement 25 cm de hauteur et leur coloris peut varier du jaune d’or à l’orange éclatant. Ils sont généralement utilisés pour créer des bordures fleuries, ou donner de la luminosité aux jardinières.

 

Les œillets d’Inde nains doubles et les triploïdes peuvent eux, en saison, atteindre 35 cm. Ils sont souvent bicolores, jaunes, oranges, tachetés de rouge ou de brun.

Le semi en mars-avril sous abri ou en pleine terre en mai-juin, dès que la terre est réchauffée, est d’une grande facilité, mais les jardiniers amateurs préfèrent souvent se procurer en jardinerie ou auprès des horticulteurs fleuristes sur les marchés des barquettes de jeunes plantes repiquées en godets, prêtes à planter.

Une plante alternative aux pesticides

L’œillet d’Inde n’est pas seulement une plante aux chaudes couleurs et à la durée de floraison remarquable, c’est aussi une plante compagne utilisée par de nombreux jardiniers, en association avec les plantes potagères. Elle s’avère être d’une grande utilité dans les alternatives aux pesticides.

Comme ses cousines, la rose d’Inde et les tagètes, les œillets d’Inde exhalent une odeur âcre et piquante qui éloigne les aleurodes, les pucerons et les altises. Il agit également au niveau de ses racines. En intercalant les pieds d’œillets d’Inde entre les pieds de tomates ou d’aubergines, on élimine radicalement les nématodes du sol, au plus grand bénéfice de la vigueur des plantes et de la production fruitière.

 

On peut également en planter entre les rangs de pommes de terre ou en bordure des carrés potagers

Il s’associe à l’ensemble des plantes potagères. Cependant, je déconseille son association avec les salades et les plantes aromatiques ou condimentaires, à cause de son parfum tenace.

Les amis des jardins ouvriers et familiaux réalisent également une décoction de feuilles d’œillets d’Inde ou de tagètes pour lutter contre les pucerons et les chenilles au potager. Voici la recette :

100g de feuilles hachées pour 1 litre d’eau.

Porter à ébullition, laisser infuser une heure, et employer pur.

Un dernier conseil : avec ce printemps pluvieux et humide, la pourriture grise peut endommager les fleurs. Ne paillez pas le sol trop près des plantes et méfiez-vous des limaces et des escargots qui sont très friands des jeunes plants.

Vous trouverez facilement dans le commerce des herbicides bio pour pallier l’invasion de ces gastéropodes gourmands.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.