Cet article date de plus de neuf ans.

Les motivations des étudiants en sciences

Qu'est-ce qui poussent aujourd'hui les jeunes vers des études scientifiques ? Quelles sont les disciplines les plus prisées ? Et à quels métiers aspirent ces étudiants ? Des questions auxquelles s'est intéressée une enquête réalisée par Ipsos/ Steria auprès d'un échantillon de 606 lycéens et étudiants en filière scientifique.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
  (© Maxppp)

Dans ce sondage commandé par le magazine La Recherche et le journal Le Monde (les organisateurs du forum Science, recherche et société) il apparaît que les étudiants en sciences ont choisi leur filière par goût, pour la plupart d'entre eux, mais pas seulement. Beaucoup ont fait ce choix de façon pragmatique parce qu'ils avaient des facilités dans ces domaines et parce que les études scientifiques offrent des débouchés intéressants. 64 % de ces jeunes pensent qu'il vaut mieux faire des études en sciences que des études littéraires pour trouver du travail.

Seulement 31 % des étudiants interrogés disent avoir été motivés par une ou plusieurs personnes qu'ils admiraient au sein du monde scientifique. Ce qui laisse entrevoir une science relativement désincarnée, sans mentor, sans figure emblématique à laquelle s'identifier comme ont peut le voir dans d'autres secteurs.

Les domaines scientifiques qui attirent

En tête on trouve les nouvelles technologies. Elles intéressent 80% des étudiants scientifiques. Pas loin derrière, l'informatique attire 75 % d'entre eux. Cet engouement est plus marqué encore chez les garçons que chez les filles. Les matières plus classiques comme les mathématiques, la biologie, la physique ou encore la chimie ne sont pas rejetées pour autant. Une large majorité des jeunes interrogés affirment s'intéresser également à ces disciplines.

Les domaines qui ont moins de succès sont ceux qui sont moins bien connus comme l'économie, la mécanique ou encore l'agronomie.

Un métier non scientifique

Tous ces étudiants n’envisagent pas de faire un métier scientifique. Cela peut paraître paradoxal, la moitié des jeunes engagés dans des filières scientifiques souhaitent faire un métier à dominante non scientifique. Les enquêteurs d'Ipsos qui ont présenté les résultats de ce sondage hier ont appuyé sur ce chiffre, le trouvant étonnant et un peu inquiétant. Mais la biologiste Agnès Buzyn, présidente de l'Institut National du Cancer, trouve plutôt positif que la moitié des étudiants en sciences se destinent à des métiers non scientifiques.

Les métiers les plus attrayants

Le métier d'ingénieur est considéré comme le plus attractif par les jeunes interrogés : 43 % d'entre eux auraient plutôt envie de l'exercer. Ils sont un peu moins nombreux à être attirés par le métier de chercheur. Trois quarts des étudiants en filière scientifique déclarent ne vouloir être chercheurs ni dans le public ni dans le privé. Ils jugent que le métier trop difficile et qu’il n'offre pas assez de débouchés.

Pour François Taddéi qui dirige le Centre de recherches interdisciplinaires et qui s'est beaucoup intéressé à l'enseignement des sciences, ce relatif manque d'attrait pour la recherche est peut-être aussi lié à la façon dont on enseigne les sciences.

Plus de détails sur le sondage sur le site du magazine La Recherche et sur celui du Mond e

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.