Cet article date de plus de huit ans.

"Nobody", l’objet hybride de Cyril Teste entre théâtre et cinéma

Depuis le temps que le cinéma et le théâtre se font la cour ou se font la gueule, il fallait bien qu'ils se retrouvent. La pièce de Cyril Teste au théâtre Montfort à Paris scelle cette réconciliation.
Article rédigé par Florence Leroy
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min
  (Image de plateau de "Nobody" © Théâtre Montfort)

On ne sait plus où on est. Au théâtre bien sûr, sur scène, un vivarium, derrière une baie vitrée, dans des bureaux en open space où s'affaire la dizaine de jeunes employés d'une société de conseil... Des cost-killers, des mercenaires de la restructuration, la froide horreur du capitalisme financier, où tout le monde s'espionne, où la violence est aussi forte que le langage est technique, désincarné.

Mais on est aussi au cinéma, avec au-dessus de cette boîte, un écran où des détails de la pièce sont projetés en direct, puisqu'en permanence deux cadreurs suivent les acteurs. Tout se fait dans l'instant, sans un accroc, on a en instantané le champ et le hors-champ. C'est tout simplement génial. Cyril Teste a travaillé depuis plus de dix ans avec le collectif MxM pour parvenir à cet objet hybride.

Ça marche aussi bien parce que le thème de la pièce s'y prête. Cyril Teste a découpé, retaillé des textes de l'allemand Falk Richter et ce dispositif met en lumière, par le champ-hors champ, tout ce qui est ambigu dans cet univers: les double sens du langage de l'entreprise, le comportement policé, compétitif des salariés et leurs peurs de l'échec, de l'autre, les pulsions sexuelles comme un exutoire à cette déshumanisation, le public est face à une œuvre totale, où tout a un sens.

"Nobody" de Cyril Teste au Montfort Théâtre, Paris 15ème jusqu'au 21 novembre et en tournée ensuite partout en France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.