Culture d'été. L'univers de la course au large devient un polar salé

écouter (3min)

"Culture d'été", c'est chaque jour le coup de cœur culturel de franceinfo. Gilbert Chevalier nous propose aujourd'hui des romans policiers qui se déroulent dans l'univers de la course au large, et plus largement dans l'univers de la voile.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'univers de la course au large inspire et devient un polar haletant. (MICHÈLE CONSTANTINI / MAXPPP)

Face à la mer face et aux voiliers inévitablement plus nombreux l'été au large des côtes, vous songerez peut-être aux grandes courses et plus particulièrement au dernier Vendée Globe très animé.

Étonnamment ces grandes courses au large, pourtant riches en rebondissements, en passion, et plus largement le milieu de la voile n'ont pas beaucoup inspiré les auteurs de polars. Mais deux romans sortis au printemps réparent en partie ce manque.

Des polars haletants

Dans Mort à bout de course, le journaliste Jean-Marie Biette imagine un jeune navigateur en passe de remporter une course prestigieuse autour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Erwan semble en pleine forme et pourtant le jeune skipper est découvert mort à la barre de son bateau quand celui-ci coupe la ligne d'arrivée aux Sables d'Olonne. 

C'est là que je me suis dit : mais en fait il n'y a pas vraiment de polar sur la course au large et sur le milieu maritime. Je me suis lancé dans l'aventure sans savoir que Jean-Yves Chauve, que je connais bien, faisait exactement le même constat et le même cheminement.

Jean-Marie Biette

Jean-Yves Chauve, le médecin du Vendée Globe, a publié lui aussi un polar bien ficelé sur ce monde de la course au large : L'Atlantique en eaux troubles, publié aux éditions Glénat.

L'univers de la compétition en haute mer

Tous ceux qui ont vibré cet hiver aux exploits des navigateurs retrouveront donc ce sport exceptionnel avec ces deux romans. Un milieu qui a beaucoup évolué ces dernières années selon Jean-Marie Biette responsable du Pôle mer du groupe Ouest-France et lui-même un navigateur à ses heures perdues : "La compétition est devenue beaucoup plus rude parce que les bateaux valent de plus en plus cher et les intérêts de communication des entreprises sont mêlés à tout ça. Fatalement ça peut donner à s'amuser autour de cette thématique."

Une évolution qui forcément avec un peu d'imagination offre une intensité dramatique parfaite pour un polar. 

C'est quasiment romain : le lion c'est l'océan et puis l'esclave qui est promis à un sort funeste, c'est un peu les marins.

Jean-Marie Biette

Mort à bout de course de Jean-Marie Biette est publié aux éditions Ouest France.

On peut également évoquer un autre roman plus ancien celui ci d'un maître du roman policier, le Britannique Charles Williams. Avec Calme plat, il imagine l'histoire angoissante d'un couple qui partant en voyage de noces sur un volier, seul sur l’océan Pacifique. C’est le bonheur jusqu’au moment où le couple aperçoit un autre navire qui paraît en mauvaise posture. Williams nous embarque dans une intrigue maritime de haute volée. Le roman date de 1963 et a été adapté au cinéma avec Nicole Kidman. Il est resorti en poche l'année dernière chez Gallmeister.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture d'été

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.