Cet article date de plus de sept ans.

1914-1918, franceinfo y était. 27 février 1917 : Le tsar perd le trône

écouter (5min)

Cent ans après la Première guerre mondiale, franceinfo raconte les événements clés de 1914-1918 comme s'ils venaient de se passer. Aujourd'hui, "Le tsar perd le trône".

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le chef du gouvernement a démisionné et les rues de Saint-Petersbourg sont désormais aux mains des manifestants russes en ce 27 février 1917. (INA)

Nous sommes le 27 février 1917. Journée de vérité peut-être en Russie… Le chef du gouvernement a démissionné, des manifestants tiennent depuis plusieurs jours le centre de la capitale, Saint-Pétersbourg, qu’on appelle maintenant Petrograd. De nombreux bâtiments officiels sont en flammes et l’armée semble s’être tournée contre le régime. Sébastien Paour, vous êtes à Petrograd. Quelle est la situation exactement ?

C’est une vraie situation de guerre civile. La perspective Nevski, les Champs-Élysées de Petrograd, l’ancienne SaintPétersbourg, est noire de monde et livrée au chaos. Il y a des gens partout et beaucoup de bâtiments sont en feu. À de nombreux endroits, on combat dans les rues… Des commissariats brûlent, des prisonniers ont été libérés par les révolutionnaires, des soldats qui se sont retournés contre le tsar fraternisent avec eux, leur donnent des armes. L’arsenal a également été pris d’assaut, et on a distribué des armes aux civils. Certains soldats ont même fusillé leurs supérieurs ! Hors de question de continuer à être affilié à ce régime tsariste. Enfin, le drapeau rouge, celui des révolutionnaires, flotte désormais sur le palais d’Hiver, dans le centre de Petrograd, à la place du drapeau impérial.

Que vous disent ces manifestants ? Est-ce qu’ils expliquent cette montée de la colère ?

Il semble qu’en deux jours il y ait eu une vraie transformation des revendications. Au départ, le 25 février encore, on nous disait que le pain manquait, qu’il n’y avait plus rien à manger, l’hiver ayant été particulièrement rigoureux. Mais il y a eu une très nette politisation du mouvement ces derniers jours et ces dernières heures. Aujourd’hui, les revendications sont beaucoup plus politiques : on veut désormais le départ du tsar ! Et le slogan qu’on entend le plus dans les rues de Petrograd c’est : "La paix et du pain !", qui fait la synthèse entre tous les désirs du peuple russe.

Avez-vous des nouvelles du tsar Nicolas ?

Le tsar est parti rejoindre le QG de l’armée russe il y a quelques jours. Difficile de vous dire s’il va revenir à Petrograd et s’il en a seulement l’intention. D’après les soldats que nous avons rencontrés dans les rues et qui savent cela de leur supérieur, il a demandé le retour des régiments mais on n’en voit pas pour le moment dans la capitale. On ne sait pas s’ils vont arriver… La seule chose qui est certaine, c’est que le tsarisme est en train de vivre ses dernières heures, peut-être ses derniers jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.