Cet article date de plus de six ans.

Les Hongrois se mobilisent contre un projet de taxe Internet

écouter
Le gouvernement de Viktor Orbán souhaite taxer les fournisseurs d'accès à Internet afin de réduire les déficits publics.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La page Facebook de mobilisation contre la taxe Internet compte près de 200.000 abonnés © Capture d'écran)

Pas touche à mon Internet : c'est plus ou moins ce que sont en train de dire les internautes hongrois au gouvernement de Viktor Orban. Pour réduire les déficits du pays, un projet de taxe a été déposé au Parlement à Budapest. Le gouvernement hongrois espère récupérer jusqu'à 65 millions d'euros.

Si le projet de loi est accepté, les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) pourraient payer 50 centimes d'euros pour chaque gigaoctet de données. Une taxe conséquente qui suscite l'ire dans le pays après le vote controversé au printemps dernier d'une taxe de 40% sur les recettes publicitaires des médias.

Si les fournisseurs d'accès se retrouvent avec une taxe supplémentaire à payer, les internautes craignent une hausse sur le prix des abonnements, à fortiori avec l'essor de l'Internet mobile. Ils sont déjà près de 200.000 rassemblés sur une même page Facebook, le mot-clé . Une mobilisation en ligne à coup d'images ironiques, de mèmes sur un gouvernement qui, pour eux, dépasse les bornes.

Ce projet de loi constitue, selon eux, une atteinte à la liberté d'expression et au développement économique du pays, voire conduirait à une prochaine banqueroute des petits FAI qui ne seraient pas capables de payer.  Une phrase est souvent répétée parmi les anti-taxe Internet. "Taxer l'Internet est inutile, inconsidéré et mal ". Dimanche en fin d'après-midi, ils comptent se réunir devant le Bercy hongrois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France Info numérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.