franceinfo junior , France info

franceinfo junior. Accès à l'école, à la nourriture et aux décisions : et si on écoutait les préoccupations des enfants ?

Les jeunes parlent aux jeunes. À l'occasion de la Journée mondiale de l’enfance, deux ados répondent aux questions et aux préoccupations de deux élèves de CM2, au micro de franceinfo junior.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Lucie BarbarinEstelle FaureRadio France

Mis à jour le
publié le

Des parents et des enfants migrants sont évacués de la \"jungle\" de Calais, le 3 novembre 2016.
Des parents et des enfants migrants sont évacués de la "jungle" de Calais, le 3 novembre 2016. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

À l'occasion de la journée mondiale des droits de l'enfant, l'Unicef dresse un bilan de la situation des jeunes sur la planète : un enfant sur douze dans le monde vit dans un pays où ses perspectives d’avenir sont aujourd'hui pires que celles de ses parents, selon une analyse publiée lundi 20 novembre par l'organisation non gouvernementale. En effet, selon ces chiffres, "180 millions d'enfants vivent dans 37 pays où la probabilité de souffrir de pauvreté extrême, d’être déscolarisé ou de succomber à une mort violente est plus élevée qu’elle ne l’était il y a 20 ans."

La France doit encore faire des efforts

En France, le Défenseur des droits a fait paraître ce lundi un bilan de la situation des enfants dans l'Hexagone, en cherchant à savoir si le pays respecte les recommandations émises à son égard par l’ONU en février 2016. Le rapport se félicite ainsi de certaines avancées, par exemple l'adoption d'un plan contre les violences faites aux enfants ou encore le respect de la libre expression pour les jeunes. Les ados de 16 ans et plus peuvent en effet désormais être nommés directeur ou directrice de la publication d’un journal ou d'un périodique.

Néanmoins, le rapport pointe aussi des manquements. Le Défenseur regrette par exemple que l'interdiction des châtiments corporels n'ait pas encore été inscrite dans la loi. Il s'alarme aussi de la situation de certains enfants vulnérables : ceux qui vivent dans des bidonvilles ou n'ont pas d'hébergement, les jeunes migrants,...  Alors que la Convention internationale relative aux droits de l'enfant leur reconnaît un droit au meilleur état de santé possible, le Défenseur souligne les inégalités de santé et d'accès aux soins pour les enfants, selon les territoires, les niveaux de vie, etc. Parmi les autres préoccupations, il y a la mise en place d'une meilleure éducation à la sexualité. Pourtant obligatoire à l'école, au collège et au lycée, elle n'est pas toujours prodiguée : selon un rapport 2016 du Haut-Conseil à l'égalité hommes-femmes, "25 % des écoles répondantes déclarent n’avoir mis en place aucune action ou séance en matière d’éducation à la sexualité, nonobstant leur obligation légale."

Dialogue entre les enfants et les ados

Et si, pour améliorer le quotidien des enfants, on les écoutait et on leur laissait prendre les manettes ? C'est ce qu'ont fait l'Unicef et plusieurs personnalités à l'occasion de la Journée mondiale des droits de l'enfant : ils ont laissé leur place à des enfants, comme à Nino qui s'est mis dans les chaussures d'un chef de l'Orchestre philharmonique de Radio France. C'est donc l'occasion de comprendre ce qui préoccupe les enfants et d'engager des solutions pour y faire face. Selon un sondage réalisé par l'Unicef auprès de jeunes de 9 à 18 ans, les enfants français interrogés mettent l'accent sur l'accès à l'éducation ou encore le fait de pouvoir se nourrir correctement. Par ailleurs, 78 % d'entre eux estiment qu'on ne les écoute pas avant de prendre des décisions qui pourtant les concernent.

À l'occasion de cette journée, franceinfo junior donne la parole aux jeunes. Sheryl et Elyan, élèves en CM2, posent leurs questions à Arthur et Medhi, 16 et 17 ans. Avec d'autres jeunes, ces deux ados vont rencontrer le président de la République lundi après-midi pour défendre les droits des enfants et porter les doléances de jeunes. "Des enfants en France n'ont pas accès à l'école et c'est inadmissible dans une République", expliquent-ils notamment au micro de franceinfo junior.

En partenariat avec le magazine d\'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com.
En partenariat avec le magazine d'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com. (franceinfo junior)

Des parents et des enfants migrants sont évacués de la \"jungle\" de Calais, le 3 novembre 2016.
Des parents et des enfants migrants sont évacués de la "jungle" de Calais, le 3 novembre 2016. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)