Français du monde, France info

Français du monde. Irlande : Covid-19 ou pas, ils s’engagent !

Eux-mêmes ont du mal à expliquer si c’est malgré ou grâce à la crise qu’ils traversent, en tout cas, Gwenola Ollivier et Samuel Chantoiseau, l’une à Dublin l’autre à Cork, ont choisi cette année de se présenter pour la première fois à l’élection des conseillers des Français de l’étranger.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Samuel Chantoieau dans les environs de Cork : \"On est un relais ou un pont pour faire remonter les informations, les problèmes et les soucis des Français d’Irlande
Samuel Chantoieau dans les environs de Cork : "On est un relais ou un pont pour faire remonter les informations, les problèmes et les soucis des Français d’Irlande (Samuel Chantoiseau)

En plus de leur candidature  à l’élection des conseillers des Français de l’étranger en Irlande, leur autre point commun est d’avoir du temps désormais.

Gwenola Ollivier a perdu son job de chef de projet, dans une société de coffrets cadeaux en octobre dernier. Depuis, elle vit grâce aux aides du gouvernement, et se prépare déjà à l’après-Covid : "Je suis une éternelle optimiste, sourit la Française. Dans des situations difficiles, il faut développer l’aide à ceux qui ont un peu moins de facilités et ceux qui sont perdus en arrivant récemment en Irlande, comme ces jeunes venus en Erasmus et qui ont été pris au dépourvu quand le pays s’est refermé." 

Gwenola Ollivier vit depuis 22 ans à Dublin

Originaire des Pays de la Loire, mariée et mère de deux enfants, la Française a découvert l’Irlande lors de voyages scolaires et un tour du pays avec ses parents lorsqu’elle était adolescente. Après un début de carrière dans les centres d’appels, incontournables depuis quelques années à Dublin, elle a décidé de s’installer définitivement ici en 1999.

De gauche et écologiste, son sujet de prédilection, c’est le bilinguisme : "De nombreuses familles françaises viennent en Irlande, constate-t-elle, c’est un pays agréable avec beaucoup de parcs et de jeux, mais il est important de continuer à préserver sa culture française, d’aider les enfants qui ont un peu de mal avec la langue maternelle de leurs parents."

Gwenola Ollivier à Dublin :\"De nombreuses familles françaises viennent en Irlande, c’est un pays agréable avec beaucoup de parcs et de jeux\"
Gwenola Ollivier à Dublin :"De nombreuses familles françaises viennent en Irlande, c’est un pays agréable avec beaucoup de parcs et de jeux" (Gwenola Ollivier)

Les yeux et les oreilles

Ce n’est pas Dublin mais la région de Cork, dans le sud-ouest de l’Irlande, qu’a choisie Samuel Chantoiseau pour poser ses valises il y a 15 ans. Né à Bordeaux, marié à une Irlandaise, père de deux filles, sommelier dans un hôtel-restaurant, il attend lui aussi de reprendre son poste une fois la pandémie passée.

Comme sa compatriote Gwenola, c’est aussi la première fois qu’il se présente à l’élection des conseillers des Français de l’étranger : "C’est l’opportunité pour moi de m’engager au plus près de la communauté pour comprendre ses problématiques, résume-t-il. J’ai été guide lors de voyages dans le désert, prof de photo. Les notions de formation, d’éducation et d’accompagnement ont toujours été un fil conducteur dans ma vie."

Samuel Chantoiseau à Cork : \"J’ai été guide lors de voyages dans le désert, prof de photo. Les notions de formation, d’éducation et d’accompagnement ont toujours été un fil conducteur dans ma vie\"
Samuel Chantoiseau à Cork : "J’ai été guide lors de voyages dans le désert, prof de photo. Les notions de formation, d’éducation et d’accompagnement ont toujours été un fil conducteur dans ma vie" (Samuel Chantoiseau)

Lui met l’accent sur les questions d’écologie, d’environnement, d’alimentation et d’agriculture bio, en particulier auprès des jeunes. Et si le rôle de conseiller des Français de l’étranger est seulement consultatif, il n’en présente pas moins d’intérêt :

"On est un relais ou un pont pour faire remonter les informations, les problèmes et les soucis des Français d’Irlande via l’ambassade ou le consulat, voire le ministère des Affaires étrangères. On est une passerelle, les oreilles et les yeux, un peu comme le maire d’un petit village sans les responsabilités." L’élection aura lieu fin mai dans le monde entier. On pourra notamment voter par Internet. Les inscriptions sur les listes sont ouvertes jusqu’à vendredi prochain.

Écrire à Samuel Chantoiseau : samuel.chantoiseau@yahoo.fr

Écrire  à Gwenola Ollivier : gwenola.ollivier@gmail.com

Samuel Chantoiseau aux couleurs de l\'Irlande dans les rues de Cork : \"Un conseiller des Français de l\'étranger, c\'est une passerelle, les oreilles et les yeux, un peu comme le maire d’un petit village sans les responsabilités\"
Samuel Chantoiseau aux couleurs de l'Irlande dans les rues de Cork : "Un conseiller des Français de l'étranger, c'est une passerelle, les oreilles et les yeux, un peu comme le maire d’un petit village sans les responsabilités" (Samuel Chantoiseau)

Aller plus loin

L'AFE, l'Assemblée des Français de l'étranger

Comment voter ? Mode d'emploi sur le site du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères

Retrouvez cette chronique sur le site, l'appli et le site internet de la mobilité internationale "Français à l'étranger.fr"

Samuel Chantoieau dans les environs de Cork : \"On est un relais ou un pont pour faire remonter les informations, les problèmes et les soucis des Français d’Irlande
Samuel Chantoieau dans les environs de Cork : "On est un relais ou un pont pour faire remonter les informations, les problèmes et les soucis des Français d’Irlande (Samuel Chantoiseau)