Cet article date de plus de huit ans.

Expliquez-nous... un bidonville

Un campement où vivaient jusqu'à récemment près de 400 Roms, installés depuis juin sur les rails désaffectés de la "Petite ceinture", dans le nord de Paris, a commencé à être évacué ce matin. Ils sont près de 400, installés dans un bidonville insalubre aux portes de Paris.
Article rédigé par Gilbert Chevalier
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Franceinfo (Franceinfo)

Un bidonville est un ensemble d'habitats précaires, où la misère est concentrée. Le programme des Nations unies définit un bidonville comme une partie défavorisée d'une ville caractérisée par des logements très insalubres, une grande pauvreté et sans aucun droit ou sécurité foncière. Le nombre d'habitant des bidonvilles est en augmentation. Un milliard de personnes sur la planète vivent aujourd'hui dans des bidonvilles et les prévisions sont de deux milliards pour 2030.

En France, ils ont fait leur réapparition il y a 25 ans

C'est surtout après-guerre que de vastes zones sont considérées comme bidonvilles en région parisienne. La pauvreté, l’exode rural et l'appel à la main-d'œuvre étrangère, posent un problème majeur de logement. Au début des années 1960 les pouvoirs publics estiment à environ 100.000 personnes la population habitant dans des bidonvilles. En 1964, 43 % des Algériens de France vivent dans des bidonvilles.Celui de Nanterre, l’un des 89 dénombrés en région parisienne abrite 14.000 personnes.

Ces bidonvilles ont été progressivement supprimés dans la deuxième moitié des années 1970, puis ont fait leur réapparition ces 25 dernières années.

En mars 2015, la délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement des personnes sans-abris ou mal logées, la DIHAL, recensait en France plus de 19.000 personnes concernées et 577 "campements illicites". Ces bidonvilles sont aujourd'hui majoritairement peuplés de Roms, Roumains ou Bulgares. Il y en aurait encore plus d’une centaine en Ile-de-France, selon la préfecture de région. Des campements de fortune où vivent encore plus de 7.000 personnes et pour la plupart ressortissants européens. Selon le site 25ansbidonvilles.org plus de11.000 personnes ont été expulsées de 111 campements en 2015. Sur ces 111 évacuations de l’année, des solutions de relogements – même partielles – n’ont été proposées que pour des habitants de 29 camps, affirme le site.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.