Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous ... les contrôleurs aériens

Alors que les contrôleurs aériens sont en grève, France Info vous rappelle qui sont ces techniciens.

(Tour de contrôle de l'aéroport d'Orly©MAXPPP)

Le contrôleur aérien, qu'on appelle aussi aiguilleur du ciel, est un ingénieur qui travaille dans la fonction publique. Ils sont 4.300 en France. Leur rôle est crucial pour assurer la sécurité au quotidien du trafic aérien.

Formation     

On devient contrôleur en intégrant l'Ecole Nationale de l'aviation civile à Toulouse, pour devenir un ingénieur du contrôle de la navigation aérienne. On entre sur concours. Il y a avait 50 places seulement en 2014. Pour se présenter, il faut avoir moins de 27 ans, être apte physiquement et surtout avoir un diplôme scientifique minimum bac + 2. 

 

Ensuite, la formation dure trois ans partagée entre théorie et pratique. Il y a notamment une formation au brevet de pilote privé, un stage de deux mois dans un pays anglophone car il faut très bien maitriser l'anglais, la langue internationale du secteur aérien. 

Un job assuré

A la sortie de l’école, le jeune contrôleur a une place assurée à la Direction générale de l'aviation civile. En début de carrière, un aiguilleur du ciel gagne un peu moins de 3.000 euros brut par mois, primes comprises. Ensuite, ça peut monter jusqu'à 8.000 euros par mois en fin de carrière. Le contrôleur prend sa retraite à 59 ans.  

Mission

Il assure la sécurité et la fluidité du trafic et gère en même temps le trafic, la météo, les plans de vol des avions. Il assure le suivi de chaque avion et donne au pilote des infos sur les appareils qui l’entourent.

 

Concrètement, les aiguilleurs travaillent en binôme. L'un gère les questions de procédures de vol, l'autre surveille les appareils de contrôle, comme le radar. En général le contrôleur agit sur un secteur donné puisque le ciel est divisé en secteurs. Il gère donc les transferts de vol en sortie de zone et, bien-sûr, il s'occupe des décollages et atterrissages.

Où ?  

Les contrôleurs travaillent dans les tours de contrôles des aéroports. Orly, Roissy et les aérodromes à trafic important (53 en métropole, 5 en Outre-mer). Mais les contrôleurs sont aussi présents dans cinq grands centres de contrôle en route de France Métropolitaine : Athis-Mons, Aix-en-Provence, Bordeaux, Brest et Reims.

Conditions de travail

Les contrôleurs peuvent gérer jusqu'à 2.500 vols par jour en période de vacances. Ils parlent à plusieurs pilotes en même temps. Ils travaillent sur des cycles de trois jours de travail suivis de trois jours de repos. La durée d'une journée, c'est en moyenne huit heures (jour ou nuit) entrecoupées de pause pour maintenir la concentration intacte.

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

(Tour de contrôle de l'aéroport d'Orly©MAXPPP)