En direct du monde, France info

En Catalogne, les indépendantistes crient à la spoliation après la restitution d'œuvres du XVe siècle à l'Aragon

Les œuvres d'art ont été transférées d'un musée catalan vers un monastère d'Aragon, après une décision de justice qui attise la colère des indépendantistes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Transfert des pièces d\'art religieux entre Lerida (en Catalogne) et le monastère de Villanueva de Sijena (Aragon), le 11 décembre 2017.
Transfert des pièces d'art religieux entre Lerida (en Catalogne) et le monastère de Villanueva de Sijena (Aragon), le 11 décembre 2017. (JAVIER BLASCO / EFE)

Lundi 11 décembre, un camion est allé récupérer des œuvres d’art religieux dans un musée de Lérida, en Catalogne, pour les rapporter à Sijena, en Aragon, la région voisine. Ce camion été encadré par la garde civile et par la police catalane pour empêcher que des centaines de manifestants ne bloquent ce transfert.

Les œuvres d'art proviennent du couvent de Villanueva de Sijena, en Aragon. Et elles ont été vendues par les religieuses du couvent au gouvernement régional de Catalogne, entre 1983 et 1994. Pourquoi à la Catalogne ? Parce que c’est là que les religieuses avaient déménagé dans les années 1970. 44 œuvres se sont donc retrouvées au musée de Lérida. Et quand la mairie de Sijena et la région d’Aragon se sont rendues compte de la transaction, elles ont se sont retournées vers la justice. Ces œuvres sont protégées et ne pouvaient pas être vendues. La justice a donné raison aux Aragonais et la garde civile est donc venue récupérer les œuvres pour les remettre au musée du couvent de Sijena.

Des œuvres d'art sans grande valeur

Sur les 44 œuvres d’art, seules sept étaient exposées au musée de Lérida, les autres étaient gardées dans les réserves du musée, ce qui donne une idée de leur valeur relative. Les sept œuvres exposées étaient trois sépulcres, des coffres en bois peint du XVe siècle ou reposaient les corps de religieuses et quatre fragments d’un retable du XVIe siècle.

Ce qui semble clair, c’est que ces œuvres valent bien davantage que ce qui a été payé. Les bonnes sœurs ont reçu 10 millions de pesetas pour les 44 œuvres, soit 60 000 euros, alors que les experts estimait leur prix à 2,5 millions d’euros. C’est 40 fois ce qui avait été payé aux religieuses.

Des centaines de manifestants devant le musée 

Cette dispute s’inscrit dans le contexte de la Catalogne mise sous tutelle de l’Espagne et celui de la campagne électorale. Le gouvernement catalan avait l’obligation de restituer ces œuvres depuis des années mais il ne l’avait pas fait, arguant que des recours avaient été déposés. Quand le gouvernement catalan a été destitué, le juge a envoyé la garde civile. Le gouvernement espagnol n’est pas intervenu, mais les manifestants sont convaincus du contraire. Il s’agit pour eux d’une spoliation. L’Espagne profiterat de la vacances du pouvoir en Catalogne pour la déposséder de ses biens. En pleine campagne électorale, dans une ambiance polarisée comme celle-ci, ce discours fait beaucoup de bruit…

Transfert des pièces d\'art religieux entre Lerida (en Catalogne) et le monastère de Villanueva de Sijena (Aragon), le 11 décembre 2017.
Transfert des pièces d'art religieux entre Lerida (en Catalogne) et le monastère de Villanueva de Sijena (Aragon), le 11 décembre 2017. (JAVIER BLASCO / EFE)