Au Brésil, les croisières restent à quai après la découverte de clusters

écouter (3min)

L'Association brésilienne de croisières maritimes a annoncé l'arrêt de l'activité des croisières pour trois semaines après des cas de Covid-19 diagnostiqués à bord de plusieurs navires durant les fêtes.

Article rédigé par
Edité par Pauline Pennanec'h - Anne Vigna
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le navire de croisière MSC Preziosa ancré dans le port de Rio de Janeiro, au Brésil, le 5 janvier 2022. (MAURO PIMENTEL / AFP)

Au Brésil, le variant Omicron arrive aussi par bateau de croisière selon les autorités sanitaires, qui ont dû bloquer cinq navires lundi 3 janvier avec près de 400 personnes malades du Covid-19 à leur bord. Devant la polémique, l'Association brésilienne des bateaux de croisières a annoncé un arrêt de l'activité jusqu'au 21 janvier devançant ainsi les mesures qui allaient être très certainement prises par l'agence de vigilance sanitaire.

Ceux qui sont très critiques y voient même une manœuvre de l'association qui représente les principales entreprises de croisières. Selon eux, elle chercherait à gagner du temps en présentant un nouveau protocole sanitaire encore plus strict. Or, ce que disent les spécialistes, c'est que ces bateaux de croisières ne sont simplement pas du tout adaptés en période de pandémie. "Les croisières sont des pièges pour la transmission du Covid-19. À part le pont, le navire est entièrement réfrigéré, explique Sergio Zanetta, professeur en santé publique et épidémiologiste à São Paulo. L'air est entièrement confiné, sans aucune rénovation. C'est donc mettre des gens dans une caisse fermée pendant une épidémie d'un virus respiratoire."

"Si j'ai une personne infectée, le risque de propagation du virus est très élevé."

Sergio Zanetta, épidémiologiste à São Paulo

à franceinfo

La science gagne. Mais seulement pour l'instant, car il y a une grosse pression économique pour faire revenir ces "mastodontes" des mers. Le ministre du Tourisme par exemple a regretté cette décision après une saison annulée l'an dernier à cause du Covid-19. Pendant l'été austral, Rio de Janeiro reçoit près de 100 000 visiteurs depuis des bateaux de croisières venus du monde entier. Le réveillon comme le carnaval de Rio sont des dates clefs pour le parcours de ces navires géants.

Le problème, en plus de ceux décrits par l'épidémiologiste, est que ces cinq bâteaux ont été contrôlés dans les grands ports de Rio et Santos à Sao paulo mais ils sont passés avant dans des localités plus petites, débarquant les passagers par chaloupes et contaminant sans doute ces endroits. Et ce problème reste entier pendant cette pandémie, n'en déplaise au secteur touristique qui plaide pour le retour de ces géants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.