Après l'Europe, le Canada confronté à la grippe aviaire avec les oiseaux migrateurs

Depuis quelques semaines, les oiseaux migrateurs reviennent vers le Nord. Mais depuis l’an dernier, leur retour est accompagné d’un fléau jusqu’alors inconnu sur le continent : la grippe aviaire.
Article rédigé par France Info - Justine Leblond
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des Bernaches du Canada (photo d'illustration). Les oiseaux migrateurs ont importés au Québec la souche européenne de la grippe aviaire. (MAXPPP)

Au Québec, plusieurs cas de grippe aviaire ont déjà été recensés : plus de six foyers ont été constaté dans la province depuis fin mars, entraînant la mort d’environ 150 000 oiseaux en moins d’un mois car, dès qu’un cas est recensé, c’est tout un troupeau de volailles qui est euthanasié, pour éviter que le virus se diffuse. 

>> Grippe aviaire : "Le vaccin sera prêt en juin 2023", annonce Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Cette propagation de la grippe aviaire inquiète l’Eqcma, l’équipe québécoise de contrôle des maladies avicoles. "On a quand même beaucoup de cas, rien pour les quatre premiers mois de l'année, constate l’agronome Martin Pelletier, coordinateur de l’Eqcma. Et la période migratoire vers le Nord va s'étirer jusqu'au mois de mai-juin probablement. On sait qu'avec l'intensité de contamination environnementale, ce ne sont pas juste les oiseaux migratoires qui sont infectés. Des espèces d'oiseaux résidentes sont maintenant porteuses ou infectées par le virus ainsi que certains mammifères." 

L’Eqcma appelle donc les éleveurs et les producteurs québécois à la vigilance. Le gouvernement finance l’organisation pour "renforcer la capacité d’intervention de l’industrie" en cas de grippe aviaire et développer les protocoles quand il y a des visiteurs dans les fermes par exemple ou une livraison par camion. 

Un phénomène nouveau pour le Québec

Le premier cas québécois a été recensé l’année dernière en avril 2022 et une propagation de cette ampleur est même considérée comme une menace nouvelle pour l’Amérique, alors que la pandémie touche l’Europe depuis plusieurs années déjà.

C’est d’ailleurs de là qu’elle arrive, explique Martin Pelletier. "La souche qui était présente en Europe aurait été introduite en Amérique selon l'hypothèse de croisement de voies migratoires européennes et américaines, peut-être au Groenland, donc sur des terres de nidification commune. On a vu une propagation graduelle vers l'intérieur du continent et qui s'est propagé finalement dans toutes les voies migratoires". En 2022, il a fallu tuer près de sept millions d’oiseaux d’élevage à travers tout le Canada.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.