En direct de la Silicon Valley, France info

Lending Club, le prêt réinventé

Son nom ne vous dit peut être rien, peut-être trouverez même son idée pas très sexy… Pourtant Renaud Laplanche vient de signer l'une des dix plus grosses introductions en Bourse de l'histoire du web avec sa société Lending Club ($870 millions de dollars).

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Lending Club)

Lending Club, c’est du peer-to-peer lending. Cela permet à tout un chacun de prêter de l'argent direc­tement, sans passer par l'intermé­diaire d'une banque. C’est super simple, tout le monde peut aller sur le site de Lending Club et sélectionner un prêt (de 1.000 à 35.000 dollars), le taux d’intérêt varie en fonction du risque que le site évalue grâce à un algorithme. On est face à un modèle classique de désintermédiation qui a du sens à la fois pour celui qui reçoit le prêt, le taux d’intérêts des prêts est d’environ 14% ce qui est inférieur aux taux de crédit habituels de 18%, et pour celui qui prête l’argent puisque le taux de rémunération de l’argent prêté est de l’ordre de 5 à 8%. Depuis 2007, LendingClub a réalisé des milliards de dollars de prêts (plus de 6,2 milliards en 2014). Au début il s’agissait de prêts à des particuliers mais depuis cette année Lending Club permet de prêter à des PME.

 

Ce qui est fascinant avec Lending Club c’est que cette start-up est sur le point de révolutionner le secteur de la banque et surtout notre façon de dealer avec l’argent. Le marché est colossal les experts parlent de trillion de dollars. Lending Club a inventé un nouveau moyen pour les individus de s’affranchir des banques en permettant aux débiteurs et aux créditeurs de s’organiser seuls sur un principe de base, une transparence totale. La transparence, on ne peut pas dire que ce soit le fort des organismes bancaires. Quand vous placez votre argent à la banque, vous ne savez pas où il est investi. Là c’est le contraire vous choisissez les projets sur lesquels vous souhaitez investir tout en ayant conscience du risque associé. Pour les débiteurs c’est des taux d’intérêt plus bas que les banques mais surtout ne plus être tributaire d’une décision qui paraît souvent comme arbitraire puisque c’est le jugement des foules qui décide si vous obtiendrez ou pas votre prêt.

Lending Club c’est la démonstration une nouvelle fois que l’Internet est partout et qu’il peut changer notre monde. Quand j’avais rencontré François Hollande à San Francisco il m’avait dit “Internet c’est important, surtout pour les jeunes”. A l’époque, cette réflexion m’avait choqué. Elle montre combien nos dirigeants ne perçoivent pas l’importance du Web dans nos vies de tous les jours. Quand la Secrétaire d’Etat au Digital, Axelle Lemaire, dit que la France n’a pas de leçons à recevoir de la Silicon Valley et que l’Internet oublie “les ouvriers”, Lending Club montre le contraire en s’attaquant bien mieux que nos politiques au monde de la finance et en permettant aux individus d’avoir accès à des prêts que les banques ne leur accordent plus ou alors à des taux indécents. 

Quand vous placez votre argent à la banque, vous ne savez pas où il est investi. Là c’est le contraire ! Vous choisissez les projets sur lesquels vous souhaitez investir tout en ayant conscience du risque associé. Pour les débiteurs, c’est des taux d’intérêt plus bas que les banques mais surtout ne plus être tributaire d’une décision qui paraît souvent comme arbitraire puisque c’est le jugement des foules qui décide si vous obtiendrez ou pas votre prêt.

(© Lending Club)