L'Inde dans la géographie des chansons

On n'a jamais très bien compris où se situe vraiment l'Inde, devenue cette semaine le pays le plus peuplé du monde.
Article rédigé par Bertrand Dicale
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Calcutta il y a plus de 10 ans, en 2012. (Illustration) (PETER ADAMS / STONE RF / GETTY IMAGES)

L’Inde, d’abord, ce n’est pas l’Inde, ce sont Les Indes. Et ici, l’air le plus célèbre de l’opéra-ballet Les Indes Galantes, créé par Jean-Philippe Rameau en 1735, met en scène une forêt, quelque part en Amérique du Nord. Et, dans Les Indes Galantes, l’action se situe aussi en Turquie, au Pérou, en Perse, mais jamais en Inde.

Et nous vous avons beaucoup parlé cette semaine sur France Info du fait que la république de l’Inde est devenue officiellement le pays le plus peuplé au monde, mais il faut bien admettre que nous n’en connaissons pas toujours bien la réalité.

Alors on s’amuse facilement à cacher l’ignorance sous un vernis de plaisanterie. Alors voici un orfèvre de la blague premier degré, Fernandel.   

Dans le second épisode de Ces chansons qui font l’actu, diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

  • Natalie Dessay, Stéphane Degout et le Concert d'Astrée, Forêts paisibles dans Les Indes Galantes, 1735 (enregistrement de 2015)
  • Fernandel, C'est comme ça à Calcutta, 1938
  • Jean-Pierre Lugan, Hiza-Guruma, 1969
  • Arielle, Calcutta, 1994
  • Louis, Calcutta, 2008
  • Wallen, Avoir la vie devant soi, 2004
  • Julien Clerc, Toboggan, 2008
  • Catherine Le Forestier, Allez voir mes voisins, 1971
  • Natalie Dessay, Stéphane Degout et le Concert d'Astrée, Forêts paisibles dans Les Indes Galantes, 1735 (enregistrement de 2015)


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Et vous pouvez aussi retrouver sur ce lien le podcast Derrière nos voix, avec les secrets d'écriture et de composition de huit artistes majeurs de la scène française, Laurent Voulzy, Julien Clerc, Bénabar, Dominique A, Carla Bruni, Emily Loizeau, Juliette et Gaëtan Roussel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.