Carte postale, France info

Carte postale. Les Machines de l'île à Nantes

Tout l'été, Sophie Jovillard vous emmène sur les routes de France à la rencontre d'un lieu. Aujourd'hui, les Machines de l'île à Nantes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'éléphant géant, la \"star\" des Machines de l\'île. Une balade à 12 mètres au-dessus du sol.
L'éléphant géant, la "star" des Machines de l'île. Une balade à 12 mètres au-dessus du sol. (ISABELLE GAUDIN / NUMÉRIQUE)

Si quelqu’un vous dit qu’il a vu un éléphant, un colibri géant ou encore un héron de 8 mètres d’envergure à Nantes, vous pouvez le croire sur parole. Derrière ce bestiaire merveilleux, il y a les Machines de l’île. Des créations signées François Delarozière et Pierre Orefice.

Installées sur le site des anciens chantiers navals de la ville, vous ne pouvez pas les rater. J’aime énormément ce lieu, qui permet de retrouver une âme d’enfant dans un univers onirique : un peu de poésie dans une ancienne friche industrielle.

Les Machines sont d’étranges créatures qui prennent vie sous nos yeux. Nous sommes à la croisée des univers de Jules Verne et de Léonard de Vinci. La visite est menée par des machinistes qui racontent l’histoire de ces mondes merveilleux et prennent les rênes de ces mécaniques hors du commun.

Un bestiaire gigantesque à manipuler

L’équipe des médiateurs machinistes est parfaite, tous de vrais passionnés par ce monde enchanté. Passez l’entrée, devant vous se dresse une araignée géante de 4 mètres de hauteur et 7,5 mètres d’envergure. N’ayez pas peur, vous allez pourvoir grimper sur son dos, la voir déployer ses grandes pattes et la faire avancer. Vous oublierez vite qu'elle pèse 3 tonnes. Arachnophobes, voilà une belle façon de soigner votre phobie.

Autres pensionnaires : une chenille, une fourmi géante ou encore un paresseux (qui vient de faire son apparition). Pour les manipuler, il y a des petites manettes, comme pour un jeu vidéo, qui permettent de diriger ces bébêtes à la mécanique très bien huilée.

Dans la peau de Phileas Fogg

Le point d’orgue de la visite est de partir sur le dos de l’éléphant géant : 12 mètres de haut, 48 tonnes de bois et d’acier tout de même. Chacune de ses sorties sous la grande nef du bâtiment est un événement. 50 voyageurs peuvent monter à bord et se transformer en Phileas Fogg d’un jour. C’est très à propos à Nantes, la ville qui a vu naître Jules Verne. Un barrissement et l’éléphant s’anime, une marche de 30 minutes, vous pouvez admirer sa mécanique de l’intérieur et profiter du site des Machines de l’île en même temps. Regardez ses yeux, on les croirait réels : c’est bluffant.

Un petit tour, plus loin, au Carrousel des mondes marins, parfaite illustration de l’attachement des Nantais à leur histoire maritime. Crabe géant, calamar, raie manta en version machines incroyables sur un manège géant de 25 mètres de haut sur plusieurs étages. Quand je vous disais que c’était vraiment un monde merveilleux !

L’incroyable aventure ne s’arrête pas là : le monde végétal va bientôt être mis à l’honneur avec l’arbre aux hérons au cœur des carrières de Chantenay. On en reparle en 2022. D’ici là vous avez l’embarras du choix, amusez-vous bien, à partir de 8,50 euros l’entrée, en fonction des activités.

L\'éléphant géant, la \"star\" des Machines de l\'île. Une balade à 12 mètres au-dessus du sol.
L'éléphant géant, la "star" des Machines de l'île. Une balade à 12 mètres au-dessus du sol. (ISABELLE GAUDIN / NUMÉRIQUE)