Cet article date de plus de huit ans.

Les difficultés économiques d'une entreprise minent le moral de ses salariés

Les mauvais résultats d’une entreprise peuvent rendre ses salariés littéralement malades ! C’est ce que démontre une étude du ministère du Travail.
Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 10 min
  (Le risque de développer des risques psycho-sociaux est 30% plus élevé dans les entreprises qui vont mal économiquement © MaxPPP)

Impression de travailler plus, d'être sous pression, en désaccord avec son chef : travailler dans une entreprise en mauvaise santé économique est mauvais… pour sa propre santé de salarié. Les conséquences viennent d’être étudiées par la Dares, le département statistique du ministère du Travail. Et il est étonnant de voir à quel point de mauvais résultats économiques déteignent sur tout l’effectif.

Premier impact : la fierté. On se sent nettement moins fier du travail bien fait dans une entreprise "en crise", c’est-à-dire une société qui dû réduire le temps de travail ou licencier dans l’année écoulée. De même, on y est beaucoup plus souvent en désaccord avec son chef sur la façon de bien faire le travail.

Des risques psycho-sociaux plus élevés

Mais on a aussi l’impression de travailler plus ! Les salariés des entreprises en crise disent plus souvent que les autres qu’ils doivent "travailler sous pression", "se dépêcher pour faire leur travail" et même "devoir penser à trop de choses à la fois".

Les salariés disent avoir des "marges de manoeuvre plus faibles". Ils doivent aussi, plus que les autres "cacher leurs émotions".

Tout ce qui est décrit là, c’est ce que l’on appelle les "risques psycho-sociaux". La Dares vient donc de prouver qu’ils étaient plus élevés dans les entreprises qui battent de l’aile. Paroxysme de cette démonstration : les salariés de ces sociétés sont d’une santé mentale plus fragile : 11% contre 8% dans les entreprises "stables", soit un risque accru de 31% !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.