Cet article date de plus de huit ans.

La première entreprise de transport qui emploie 100 % de chauffeurs handicapés

écouter (265min)
Tous les vendredis, dans "C'est mon boulot", le parcours d'un salarié qui a créé son emploi. Et en cette semaine de l'emploi des personnes handicapées, l'histoire de ces trois associés qui ont lancé Fastroad, en Seine-Saint-Denis, une entreprise de transport, la première du genre, dont 100 % des chauffeurs sont handicapés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Il y a trois ans, Manuel Bonnet est parti à l'aventure avec deux associés. Cela faisait vingt ans qu'ils travaillaient dans le transport, en tant que salariés. Ils ont créé Fastroad, la toute première entreprise adaptée à avoir mis des travailleurs handicapés derrière un volant.

Une entreprise adaptée, c'est une entreprise ordinaire, mais qui emploie au moins 80 % de personnes souffrant d'un handicap. Fastroad, elle, emploie 50 personnes, dont 40 chauffeurs, tous atteints d'un handicap.

Des plannings adaptés aux employés


Il a fallu deux ans de préparation pour que la Direccte, les services du ministère du travail, donnent leur accord.

Les plannings des chauffeurs sont adaptés en fonction de la condition de chacun. Les postes aussi. Certains peuvent porter des charges, pas d'autres. Les contrôles médicaux sont très fréquents. Tous les chauffeurs sont formés. Ils ont tous les agréments possibles. Et les clients ne s'y trompent pas : ils se nomment Air France, la BNP, la Société générale, Total, La Banque postale, Pernod et j'en passe.

Une entreprise récompensée


Fastroad a reçu le Trophée Espoirs de l'économie en Seine-Saint-Denis. L'an dernier, son chiffre d'affaires a plus que doublé. Elle s'étend désormais en régions. 

Il faut dire qu'il y a toutes les raisons de grandir : en France, les entreprises de plus de vingt salariés doivent employer au moins 6 % de travailleurs handicapés. Faute de quoi elles payent une contribution à l'Agefiph : une "amende " en quelque sorte, comprise entre 400 et 600 fois le Smic horaire par personne manquante.

Mais il y a un moyen d'échapper à cette obligation : faire travailler un ESAT, un établissement et service d'aide par le travail... ou encore une "entreprise adaptée ". Fastroad entre dans cette catégorie. Sous-traiter à ce type de structure, c'est donc du gagnant-gagnant pour tout le monde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.