C'est mon boulot, pour une transition écologique : "V2O Marine" récupère des déchets en mer

Tout l'été, dans "C'est mon boulot", des portraits d'entreprises qui s'engagent dans la transition écologique. Mardi 25 juillet le portrait de Rémi Allain, qui a mis au point un système de dépollution des mers d'un nouveau genre.
Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un sac plastique flotte dans les eaux de l'océan Indien. (OLIVIER MORIN / AFP)

Une voile pour ramasser les déchets : voici le défi que se lance la start-up V2O Marine. Les détritus sont ramassés par le système baptisé MPS, soit une voile immergée, tractée par un bateau et maintenue à flot par des bouées, et inventée par l'ingénieur architecte naval Rémi Allain. "Ce sont des systèmes qui fonctionnent un peu comme des grandes voiles et qui sont tractées par des bateaux. En fait, cela fonctionne comme un grand entonnoir flottant qui va rassembler tous les types des pollutions maritimes, que ce soit des hydrocarbures, des plastiques, des macro-déchets ou des algues toxiques", détaille Rémi Allain, qui a mis au point ce concept.

>> Retrouvez tous les épisodes de C'est mon boulot, en route pour la transition écologique

Il s'est beaucoup intéressé aux systèmes de dépollution, mais tous avaient la même faiblesse. "Je me suis rendu compte qu'il y avait beaucoup de solutions très intéressantes, notamment des navires de dépollution qui avaient une couverture à l'avant, mais une ouverture étroite, qui allait de deux à quatre mètres. Et je me suis dit comment on peut augmenter leur efficacité, leur permettre de nettoyer des zones beaucoup plus importantes, dans le même temps donné", suggère Rémi Allain.

D'où l'idée de MPS, cette voile flottante. Elle est tractée par un premier bateau, et elle envoie les déchets vers le deuxième bateau, celui dont l'ouverture est assez étroite, jusqu'à ce qu'il soit plein. Rémi Allain et sa société V2O Marine opèrent aujourd'hui dans des ports, dont celui de Marseille. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.