C'est mon boulot, France info

Deux tiers des 25-33 ans touchés par "la crise du quart de vie"

On connaissait la crise de la quarantaine, voici "la crise du quart de vie", une période de doute au moment d'entrer pleinement dans la vie professionnelle.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un jeune travailleur déprimé.
Un jeune travailleur déprimé. (MAXPPP)

La "crise des 25" ou "crise du quart de vie" serait une période d'insécurité, de doute et de déception, selon le psychologue Oliver Robinson. Ce clinicien britannique de l'université de Greenwich à Londres s'est penché sur le – petit – moral de cette fameuse génération Y, en tout cas sur ceux qui sont dans les premières années de leur vie professionnelle. Le chercheur a interprété des données recueillies par le réseau LinkedIn. Il en ressort que 69% des jeunes entre 25 et 33 ans sont confrontés à cette situation qu'il appelle "la crise des 25" ou "crise du quart de vie".

Ils semblent un peu perdus, ne pas savoir où aller : 43% d'entre eux disent qu'ils ne sont pas sûrs de savoir quoi faire de leur vie et de leur carrière. Ils sont près d'un sur deux à espérer trouver un métier qui les passionne et pour essayer d'y voir plus clair, plus d'un tiers d'entre eux ont pris une pause ou des vacances prolongées durant cette période d'incertitude. Ils sont d'ailleurs près de 30% à penser qu'ils n'ont pas assez voyagé.

Une plus forte pression que les générations précédentes

Cette crise du quart de vie peut conduire à des décisions radicales : près d'un jeune sur dix, entre 25 et 33 ans, a plaqué son travail à temps plein pour un travail indépendant ou pour créer sa propre entreprise. Cette crise durerait 11 mois, d'après LinkedIn. Et elle surviendrait le plus souvent à 26 ans.

Pour le psychologue britannique qui commente cette étude, les jeunes sont soumis à une plus forte pression que les générations précédentes. Ils sont un tiers à avoir peur de ne pas avoir un emploi. Ils ont le sentiment de devoir naviguer dans un monde professionnel de plus en plus complexe. Et, du reste, ils aimeraient avoir des conseils de carrière, mais ils ne savent pas où les trouver en dehors de leur cercle familial ou amical. Deux sur cinq aimeraient trouver un mentor pour les accompagner.

LinkedIn, qui sort cette étude, lance un nouveau service baptisé Conseils de carrière. Pour que les jeunes bénéficient des conseils d'un mentor. Le réseau se charge de mettre en liaison les professionnels chevronnés prêts à donner des conseils et les jeunes en quête de repères. Un algorithme sélectionne les profils les plus pertinents pour les deux parties. Le tout est gratuit et a pour ambition d'adoucir cette "crise du quart de vie".

Un jeune travailleur déprimé.
Un jeune travailleur déprimé. (MAXPPP)