C'est ma santé. Thyroïde : Évitez les chirurgies inutiles

écouter (4min)

De nouvelles recommandations scientifiques alertent sur des chirurgies non indispensables de la thyroïde, cette glande d'environ 5 cm, située à la base du du cou, à l'avant de la trachée, sous la peau et les muscles, qui a un rôle fondamental dans notre organisme. 

Article rédigé par
Géraldine Zamansky - franceinfo - Ersin Leibowitch
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Illustration d'un nodule sur la glande thyroïde.  (BSIP / UNIVERSAL IMAGES GROUP EDITORIAL / GETTY IMAGES)

Des millions de personnes sont aujourd’hui traitées en France à cause de problèmes de thyroïde. Pour certaines, il s’agit de compenser l’ablation complète de cette glande située à la base du cou. Or, cette opération aurait parfois pu être évitée explique Géraldine Zamansky, journaliste au Magazine de la Santé sur France 5. 

franceinfo : Ces nouvelles recommandations scientifiques révèlent donc que la chirurgie en matière de thyroïde peut parfois être évitée ? 

Géraldine Zamansky : Exactement, d’après les auteurs des recommandations publiées cette semaine par la Haute Autorité de Santé, le retrait chirurgical de leur thyroïde n’était peut-être pas indispensable. Et si ces experts le pensent, c’est que la plupart de ces opérations sont destinées à éliminer un cancer. Il faut donc en avoir fait le diagnostic. Or, aujourd’hui en France, au moins une ablation de thyroïde sur deux ne serait pas précédée par l’examen qui permet d’établir ce verdict.

C’est donc pour éviter ces parcours incomplets que ces experts publient leurs recommandations ?

Et oui. Car tout commence ici par la découverte de petites boules anormales, des nodules, au niveau de la thyroïde. Or, rappellent nos experts, ils sont 9 fois sur 10 non cancéreux. En cas d’inquiétude, l’examen clé est l’échographie – comme pendant la grossesse. Là, elle permet de voir si les nodules semblent cancéreux ou non. Et cas de doute, on insère alors une aiguille pour prélever des cellules dans la zone suspecte. Seule leur analyse au laboratoire peut dire si c’est une tumeur. Et vous avez deviné, c’est ce prélèvement qui manque avant certaines opérations.

Alors il arrive qu’on retire des thyroïdes qui ne contiennent pas de cellules cancéreuses ?

Oui, cela arrive. Alors attention, c’est normal si les "boules" sont sans cancer mais tellement volumineuses qu’elles empêchent de bien avaler ou respirer. Mais sinon, c’est dommage, car les mêmes experts rappellent que toute chirurgie comporte des risques, en l’occurrence des troubles de la voix par exemple.

Mais surtout, la thyroïde, c’est une glande très utile. Elle produit des hormones qui agissent sur notre organisme au niveau de la fatigue, de la température du corps, de l’activité du cœur. Cet équilibre subtil est parfois difficile à reproduire avec des traitements par hormones de synthèse comme le Levothyrox. Donc mieux vaut garder le plus possible sa thyroïde. D’ailleurs, pour le dire aux patients, les experts leur ont écrit un livret d’information, ce qui est très rare.

Les recommandations de la HAS

Association française des malades de la thyroïde

Association vivre sans thyroïde

Le dossier Levothyrox sur franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.