C'est ma maison, France info

C'est ma maison. Immobilier : quelles nouveautés fiscales pour 2019 ?

Quelle fiscalité pour l’immobilier en 2019 ? C’est la question que nous posons à Charlie Cailloux qui est conseiller juridique pour le site immobilier PAP.fr.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un immeuble parisien reçoit une isolation thermique sur sa façade.
Un immeuble parisien reçoit une isolation thermique sur sa façade. (MAXPPP)

Quelles sont les nouveautés fiscales dans l'immobilier en 2019 ?  La loi de finances n’a pas provoqué de gros bouleversements cette année ! On peut tout de même noter la création d’un nouveau dispositif d’investissement locatif. Les précisions de Charlie Cailloux, conseiller juridique pour le site immobilier PAP.fr.

Le Denormandie ancien

L’objectif de ce nouveau dispositif, c’est d’inciter les particuliers à s’engager dans l’acquisition et la réhabilitation de logements dans les centres-villes qui se désertifient et où les bâtiments se dégradent. Les investisseurs, qui réhabilitent ces logements, doivent s’engager à les louer pendant 6, 9 ou 12 ans et bénéficient en contrepartie d’une réduction d’impôt représentant 12, 18 ou 21% du prix de l’investissement.  

Le dispositif d’investissement locatif Pinel est également maintenu ?

Oui ! Je rappelle que le dispositif Pinel concerne les investissements dans le neuf réalisés dans les zones tendues (c’est-à-dire entre autres l’agglomération parisienne, le Genevoix français et la Côte d’Azur). Le propriétaire s’engage à louer pendant une durée de 6, 9 ou 12 ans. Comme pour le Denormandie dont on vient de parler, l’investisseur bénéficie d’une réduction d’impôt de 12, 18 ou 21 % du montant de l’acquisition. La réduction d’impôt peut représenter jusqu’à 63.000 euros.  

Une bonne nouvelle pour les personnes qui pensent acheter leur résidence principale : le maintien du prêt à taux zéro 

Oui, le PTZ est maintenu en 2019, dans les mêmes conditions. C’est un crédit sans intérêt et qui concerne 80% des ménages.

Dans le neuf, il peut représenter jusqu’à 40% de l’acquisition dans les zones A bis, A et B1, c’est-à-dire les zones les plus tendues, et de 20% dans les zones plus rurales.

Il concerne également l’ancien mais seulement sous condition de travaux (qui doivent représenter 25% du prix de l’acquisition). Il faut le solliciter auprès de la banque en même temps que le crédit immobilier classique.  

Et du côté des incitations à la rénovation énergétique ?

Le crédit d’impôt de transition énergétique (le Cite) est également maintenu. Il s’agit d’une réduction de votre impôt sur le revenu qui représente 30% des travaux réalisés… et si vous n’êtes pas imposable, le fisc vous fait un chèque. Sont concernés les travaux d’isolation et de chauffage et de production d’eau chaude.

Le remplacement des fenêtres simple vitrage redevient éligible au Cite mais devrait être limité à 100 euros par fenêtre. Le Cite sera converti en prime en 2020, ce sera plus simple puisque l’aide financière sera octroyée dès la dépense.  

Et l’éco-prêt à taux zéro ?  

Il est maintenu et la loi de finances pour 2019 simplifie ses conditions. Il concerne tous les logements qui sont achevés depuis plus de deux ans et il n’est plus désormais obligatoire de réaliser un bouquet de travaux. L’éco-prêt à taux zéro peut permettre de financer sans intérêt jusqu’à 30.000 euros de travaux d’économie d’énergie.    

PAP.fr
PAP.fr (PAP.fr)

Un immeuble parisien reçoit une isolation thermique sur sa façade.
Un immeuble parisien reçoit une isolation thermique sur sa façade. (MAXPPP)